Taux de change américain : vos bénéfices sont-ils à l’abris du risque?

Taux de change américain : vos bénéfices sont-ils à l’abris du risque?
Banque Nationale Entreprises, Exporter Entreprises, Exporter

Les variations du taux de change américain par rapport à d’autres devises peuvent grandement influencer la rentabilité d’une entreprise. La faiblesse actuelle du dollar canadien par rapport au dollar américain a des effets sur le bilan financier de nombreuses entreprises d’ici.

Si vous vendez ou si vous vous approvisionnez à l’étranger, le calcul de votre bénéfice doit tenir compte de cette variation. Il ne suffit pas d’avoir davantage de revenus que de dépenses. Il faut aussi prévoir l’impact des fluctuations de la valeur des devises sur vos résultats et votre bilan. L’avez-vous fait? La Banque Nationale compte sur une équipe de spécialistes qui aident les entreprises à se protéger des risques de change. Nos experts développent des stratégies sur mesure pour les entreprises qui font des affaires à l’international. L’objectif : protéger les bénéfices, malgré les fluctuations des devises.

Un risque réel pour vos bénéfices

Imaginez une entreprise dont les États-Unis sont le principal marché. Si 80 % de ses ventes sont effectuées en dollars américains, l’impact d’une hausse rapide du dollar américain (soit une baisse du dollar canadien) peut avoir un effet bénéfique sur sa rentabilité. Chaque dollar américain rapportera plus une fois converti en dollar canadien.  Cependant l’impact peut aussi être négatif pour une entreprise qui s’approvisionne en matières premières à l’étranger.

Si, au contraire, le dollar américain perd de la valeur (hausse du dollar canadien), l’impact peut être désastreux pour les résultats de l’entreprise. Le risque lié aux taux de change est donc réel, peu importe la devise avec laquelle on travaille. Seriez-vous rentable si la valeur du dollar américain chutait (soit une hausse du dollar canadien) ?

Comment développer la bonne stratégie de change?

Pour réduire les risques, il faut se protéger. La stratégie que l’on adoptera dépend de plusieurs facteurs :

  • Le contrat est-il sûr ?
  • Quelle est sa durée ?
  • Quelle est l’importance des ventes réalisées en dollars américains sur l’ensemble ?
  • Quel contrôle avez-vous sur le prix de vente?
  • Êtes-vous en mesure de hausser vos prix pour compenser une fluctuation importante du taux de change ?

Toutes ces questions et plusieurs autres doivent être analysées avant de décider de la stratégie à adopter. La première étape est d’identifier le risque. Puis, il faut favoriser la simplicité. En d’autres mots, il faut chercher des couvertures naturelles. Par exemple, si vous payez vos fournisseurs en dollars américains et que vos ventes sont dans la même devise, il est possible de neutraliser votre risque lié à l’argent aux États-Unis, sans avoir à changer de devises. Par la suite, il faut évaluer les besoins spécifiques de l’entreprise, afin de déterminer le type de couverture et les paramètres de la protection.

Des outils différents, selon les besoins

L’analyse des besoins spécifiques de l’entreprise est cruciale. Il n’y a pas de recette universelle. C’est ici que l’expertise des spécialistes de la Banque Nationale fait toute la différence. Car il faut bien comprendre l’entreprise et son marché afin de choisir la meilleure stratégie. Il est important de déterminer la période visée et d’évaluer le ratio de couverture approprié. Il s’agit d’examiner la nature et la durée des contrats, de saisir l’impact de la concurrence et d’évaluer les barrières à l’entrée dans cette industrie.

Choisir la bonne option de couverture du risque de change

Une fois l’analyse terminée, l’entreprise qui veut se protéger a plusieurs options. Elle peut ne rien faire, ou se protéger, en totalité ou en partie. Le choix de la bonne stratégie exige une analyse sérieuse,  mais si cela vous permet de protéger vos bénéfices, l’investissement est rentable. Le plus important est de maintenir et de respecter la stratégie sans se préoccuper de chacune des nouvelles économiques qui pourrait survenir. Et une révision annuelle devrait être faite afin d’adapter la stratégie aux nouvelles réalités de l’entreprise.

La Banque Nationale peut compter sur ses relations solides avec des partenaires comme Investissement Québec, la Banque de développement du Canada ou d’autres pour trouver une solution pour notre client.

Édité le 2 novembre 2017

Sujets reliés