Comment vendre des actions à découvert dans un compte enregistré?

Comment vendre des actions à découvert dans un compte enregistré?
Banque Nationale Investir, Particuliers Investir, Particuliers

Si vous téléphonez à votre courtier pour lui demander de vendre à découvert une action ou une part de fonds négocié en bourse (FNB) dans un compte enregistré (un REER ou un CELI par exemple), il vous répondra que la règlementation fiscale n’autorise pas ce type de transaction. Dans les faits, la vente à découvert n’est possible que dans les comptes sur marge.

Si vous n’êtes pas familier avec le concept de vente à découvert, sachez qu’il s’agit d’une stratégie que l’on utilise dans le but de réaliser un gain lorsque l’on s’attend à ce que le cours d’un titre chute. Votre courtier vous prête les titres (que vous ne possédez pas) pour que vous puissiez les vendre sur le marché. Si le cours des titres chute, vous pouvez les racheter (à prix réduit) et les rendre à votre courtier. En fin de compte, vous avez réussi à VENDRE les titres à prix élevé, puis à les ACHETER à prix réduit. La vente à découvert comporte toutefois sa part de risque. En premier lieu, si le cours des titres monte en flèche, vous vous trouverez dans une position perdante, puisque vous devrez payer un prix accru pour racheter les titres afin de couvrir votre position à découvert. En deuxième lieu, votre courtier peut émettre un avis exigeant le rachat des titres avant la clôture du marché. C’est ce qu’on appelle une liquidation forcée ou un rachat d’office. Si vous recevez un tel avis, vous êtes tenu de procéder au rachat d’office, peu importe que votre vente à découvert entraîne une perte ou un gain. En troisième lieu, en tant que vendeur à découvert, vous assumez le versement de tout dividende. Si un dividende est versé pendant la période où vous avez une position vendeur sur les titres, votre compte sera débité du montant du dividende. Tout bien considéré, il est assez difficile de justifier le recours à la vente à découvert.

Il existe toutefois une solution. Non seulement vous pouvez tirer profit de la baisse du cours d’un titre tout en limitant votre risque, mais vous pouvez également le faire dans un compte enregistré. Le monde sophistiqué des options vous permet d’utiliser à cette fin des options de vente. Lorsque vous achetez une option de vente, vous fixez essentiellement un prix de vente (le prix d’exercice). Une fois acquise, l’option de vente devient profitable si le cours du titre sous-jacent chute.

Par exemple, Michel et Julie sont tous les deux fermement convaincus que le cours de l’action ABC chutera au cours des prochains mois. Michel vend à découvert l’action à 33,50 $, tandis que Julie achète à 2,75 $ une option de vente sur les actions d’ABC dont le prix d’exercice est de 35 $ (donc 275 $ pour un contrat d’option portant sur les 100 actions sous-jacentes). Chaque contrat d’option de vente correspond à la vente de 100 actions. Veuillez noter que pour simplifier l’exemple nous ne tenons pas compte du coût de financement de la vente à découvert (veuillez communiquer avec votre courtier pour obtenir des renseignements à cet égard).

Exemple vente d'actions à découvert

Sur le plan du rendement, la différence entre l’opération de Julie et celle de Michel s’explique principalement par le montant investi ou dans l’effet de levier associé aux options. L’investissement de Julie dans sa position sur option de vente correspond à la prime payée, tandis que la vente à découvert de Michel exige le maintien d’une marge minimale dans son compte. Par le recours à une option de vente, Julie a limité et défini à l’avance son risque comparativement à Michel qui a négocié directement l’action sous-jacente.

Maintenant, que ce serait-il passé si le cours de l’action ABC avait plutôt monté? La position vendeur de Michel sur les actions aurait entraîné une perte. Julie, quant à elle, n’aurait pu perdre plus de 275 $, soit le montant de la prime payée au départ. Le caractère limité du risque a une grande valeur pour les investisseurs qui ne peuvent supporter la possibilité de subir des pertes considérables. L’acheteur d’une option de vente, contrairement au vendeur à découvert, paie la prime du contrat d’option, puis n’a plus aucune autre obligation financière à remplir. Ne vous inquiétez pas, l’achat d’options de vente selon une perspective baissière est tout à fait admissible dans un compte enregistré. D’ici à la prochaine fois, que les meilleures opérations soient avec vous!

 

Par Richard Ho, CAIA, GSPD, FCSI
Directeur principal, dérivés sur actions​
TMX | Montréal Exchange

 

Banque Nationale Courtage direct (« BNCD ») est une division de et une marque de commerce utilisée par Financière Banque Nationale inc. (« FBN ») pour ses services d’opérations sans conseil. Elle ne donne aucun conseil et ne formule aucune recommandation en matière de placement. Le client est seul responsable des conséquences financières et fiscales de ses décisions de placement. Membre du Fonds canadien de protection des épargnants.

Édité le 15 janvier 2018

Sujets reliés