Une semaine de relâche… pour le portefeuille ?

Une semaine de relâche… pour le portefeuille ?
Banque Nationale Épargner, Planifier Épargner, Planifier

Des vacances « forcées » ?

C’est en 1979 que la Commission des écoles catholiques de Québec a pour la première fois décrété une semaine de « relâche » afin de contrer l’absentéisme à l’école. Logée la dernière semaine de février ou la première de mars, cette pause imposée s’est rapidement répandue à travers la province. Aujourd’hui, près d’un million d’écoliers font désormais relâche… et plusieurs parents également.

Un sondage CROP mené en 2013 pour l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés révélait que le tiers des parents d’enfants de moins de 18 ans avaient l’intention de prendre congé pendant la semaine de relâche.

Bien entendu, puisque la semaine de relâche est devenue un phénomène de société, plusieurs entreprises entendent bien en profiter. Les prix des forfaits tout-inclus dans le Sud explosent pour l’occasion. On a même noté une légère hausse du coût de l’essence.

Ajoutons à cela que, pour de nombreux parents qui travaillent, la semaine de relâche ne fait pas partie des congés payés par l’employeur.

Dépenses pour les activités familiales d’un côté, perte de revenus de travail de l’autre ; on se rend bien compte qu’une semaine de relâche, bien qu’elle soit appréciée, a un coût qui peut s’avérer substantiel.

Or, il y a moyen de tirer le meilleur de cet entracte à l’hiver en gardant la pédale douce sur les dépenses. Voici nos suggestions.

Donnez-leur les rênes de la bourse : 3 étapes

Le vide. C’est bien ce qui différencie la semaine de relâche du congé des Fêtes, ce dernier étant généralement surbooké de réveillons et de visites chez la parenté. La semaine de relâche, quant à elle, c’est une page blanche. Vos enfants et vous pouvez en faire ce que vous voulez. Alors, pourquoi ne pas en profiter pour servir à vos enfants à quelques leçons de finances personnelles… tout en s’amusant, bien sûr. Voici la marche à suivre.

  1. Établissez un budget
    Glissez un montant d’argent dans une enveloppe (60 $, par exemple) et laissez-les vous présenter leur stratégie pour utiliser de façon efficace cette « subvention ». Dès l’âge de six ans, les enfants seront en mesure de comprendre les règles du jeu.
  2. Faites une liste des « possibles »
    Une fois le montant d’argent décidé, dressez une liste d’activités potentielles, en précisant le coût de chaque activité.
    Deux heures de bain libre à la piscine municipale ou une journée complète à la patinoire du quartier, c’est gratuit. Louer un film de superhéros, c’est 5 $. Aller au cinéma, c’est environ 40 $ pour deux adultes et deux enfants de moins de 13 ans… et ainsi de suite.
    N’ajoutez à cette liste que des activités dont le coût est inférieur ou égal au budget total que vous aurez prévu, histoire de ne pas créer d’attentes irréalistes.
  3. Animez les discussions !
    Enfin, laissez-les débattre des différentes options. Ce sera déjà une activité en soi ! C’est alors que le comportement de consommateur de l’enfant se révèlera. Sera-t-il prêt à investir la totalité de son budget dans une heure en famille au centre de trampoline, ou préfèrera-t-il passer l’après-midi à la patinoire, et en avoir suffisamment à la fin de la journée pour inviter toute la famille au resto ?
    En tant que parent, guidez-le. Faites-lui voir l’envers de la médaille (l’activité à laquelle il renonce en en choisissant une en particulier). Peut-être découvrira-t-il que les meilleures choses ne sont pas nécessairement les plus coûteuses…
    Ce petit exercice permettra à l’enfant de découvrir que les choix qu’il fait ont des conséquences financières. En somme, il aura reçu un cours de Budget 101 sans même s’en rendre compte !

Quelques activités originales

Une sélection d’activités qui sortent de l’ordinaire à considérer pour la semaine de relâche.

Montréal joue
Du 21 février au 8 mars 2015, plus de 200 activités gratuites autour du jeu, organisées par les Bibliothèques de Montréal. Consultez le programme en ligne.

iSaute
Épuisez leurs batteries (et les vôtres !) avec une séance dans un des centres de trampoline iSaute, à Laval, Montréal et Québec.

Roulodôme le TAZ
Au centre de sports sur roues le TAZ, à Montréal, les moins de 13 ans et leur famille ont l’exclusivité les samedis et dimanches en matinée.

Woohoo
Situé à Vaudreuil, Woohoo est le plus grand centre d’amusement familial au Canada et offre la plus grande structure de jeu modulaire en Amérique du Nord. Pour les insatiables grimpeurs.

Glissades sur le Mont-Royal
Jusqu’au 8 mars, glissez sur des chambres à air dans des pentes aménagées à cet effet près du lac aux Castors.

École culinaire Le choix du président
Plusieurs cours de cuisine offerts aux petits cuistots de 3 à 16 ans : cuisine mexicaine, petits déjeuners, desserts aux brisures de chocolat. Il faut réserver sa place.

Lire aussi : Comment enseigner la valeur de l’argent à ses enfants

Édité le 23 décembre 2016

Sujets reliés