Trouvez la formation en démarrage d’entreprise qu’il vous faut

Trouvez la formation en démarrage d’entreprise qu’il vous faut
Banque Nationale Démarrer, Entreprises Démarrer, Entreprises

Avant, l’entrepreneur était un autodidacte. Il avait ça dans le sang ! C’est encore vrai aujourd’hui, mais en plus, il a accès à une foule de formations pour l’aider dans son cheminement. Voici quelques conseils pour bien choisir celle qu’il vous faut.

Après mure réflexion, vous décidez de quitter votre emploi pour enfin réaliser votre rêve de vous lancer en affaires.  Votre bagage d’expérience implique que vous n’avez fort probablement pas les mêmes besoins que quelqu’un fraîchement sorti de l’université. Avez-vous toutefois toutes les connaissances requises pour gérer votre entreprise?

«L’offre s’est développée dans les dernières années et permet maintenant à toutes les sortes d’entrepreneurs d’obtenir les outils dont ils ont besoin dans une formation avec un format qui leur convient», constate Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain qui a répertorié l’offre de formations en démarrage d’entreprise au Québec via son service Info Entrepreneurs.

Entreprendre : de A à Z !

Si vous n’avez aucune idée de comment faire une étude de marché et rédiger votre plan d’affaires, il est fort probable que vous aillez besoin d’une formation où vous serez bien encadré et où vous apprendrez les bases du lancement d’entreprise.

Par exemple, l’Attestation de spécialisation professionnelle (ASP) de 330 heures Lancement d’une entreprise est offerte en ligne et partout à travers la province dans plusieurs centres de formation professionnelle et autres organismes liés à l’entrepreneuriat. Financée par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec, elle devient un choix financier intéressant.

Plusieurs organismes ont également développé leur propre formation, sous différentes formules. Par exemple, l’École d’entrepreneuriat de Québec a créé le programme Création de six mois intensif en soirée pour les gens qui souhaitent mettre sur pied leur projet d’affaires en six à douze mois.

L’Académie de l’entrepreneurship, à Longueuil, a plutôt opté pour la formule d’un cours hebdomadaire en soirée, pendant 11 semaines, pour son programme Démarrage d’entreprise.

Des formations très ciblées

Si vous avez déjà bien cheminé dans la mise sur pied de votre projet entrepreneurial, mais qu’il vous manque certaines notions précises en cours de route, il existe aussi une foule de formations très ciblées.

Par exemple, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain offre plusieurs courtes formations sur des sujets comme la fiscalité des travailleurs autonomes, le marketing sur Facebook et les aspects juridiques de la gestion des ressources humaines.

«Généralement, un entrepreneur s’inscrit à ce genre de formation pour répondre à un besoin concret et immédiat», explique Michel Leblanc.

Les organismes de soutien à l’entrepreneuriat offrent aussi généralement ce genre de formations, comme l’École des entrepreneurs, à Montréal. Au programme, des ateliers notamment sur la convention d’actionnaires, le financement de sa croissance et le montage d’une campagne de sociofinancement.

Se questionner, évoluer

Viennent des moments dans la vie d’un entrepreneur où on a davantage besoin de réfléchir que d’agir concrètement dans l’immédiat. Par exemple pour venir régler des besoins au niveau du savoir-être, ou de l’orientation qu’on souhaite donner à son entreprise. Et ces phases arrivent même dans les premières années de la vie d’un projet entrepreneurial. Des formations viennent aussi combler ces besoins.

L’ propose ainsi le programme Émergence pour les entrepreneurs qui souhaitent gagner davantage de leadership. Il a été conçu pour les gens en affaires depuis quelques années qui ont déjà des employés ou qui pensent en embaucher prochainement, ainsi que pour les jeunes identifiés comme relève dans l’entreprise et qui occupent un poste de gestion.

Initiative intrapreneuriale, à Montréal, propose pour sa part un Parcours intrapreneurial qui appuie deux générations d’entrepreneurs dans la création d’un nouveau projet dans l’entreprise en douze semaines d’accompagnement. La formation inclut des modules d’apprentissage en ligne et des consultations individuelles avec des experts.

Vous êtes encore sur les bancs d’école ?

Si c’est votre cas et que vous savez déjà que vous souhaitez vous lancer en affaires, plusieurs choix s’offrent à vous pour vous mettre dans le bain.

Les universités et écoles de gestion ont développé plusieurs programmes et spécialisations en entrepreneuriat.

En plus, HEC Montréal a créé le Parcours entrepreneurial Rémi-Marcoux. Les étudiants de l’Université de Montréal et de Polytechnique Montréal y ont aussi accès.

À Québec, en plus de ses programmes crédités, l’Université Laval propose à ses entrepreneurs en herbe les services du Centre d’entrepreneuriat et PME qui comprend des formations complémentaires et des outils pour ceux qui veulent se lancer en affaires.

Plusieurs universités offrent des formations liées à leurs incubateurs d’entreprise. C’est le cas de l’Université Concordia avec District 3 qui propose des programmes gratuits aux entrepreneurs.

Les régions ne sont pas en reste ! À son campus à Lévis, dans Chaudière-Appalaches où on retrouve de nombreux entrepreneurs, l’Université du Québec à Rimouski offre une concentration en entrepreneuriat dans son baccalauréat en administration.

Même les cégeps se sont mis de la partie. Plusieurs ont développé des cours complémentaires et des cheminements à saveur entrepreneuriale. Par exemple, sous la formule d’un programme sport-études, le Cégep Limoilou, à Québec, propose le parcours Entrepreneuriat-études.

Le Champlain regional College, à Saint-Lambert, propose même tout un programme de formation technique de trois ans, en anglais, en entrepreneuriat.

«On ne voyait pas ça avant, affirme Michel Leblanc. Maintenant, même des jeunes du secondaire peuvent réaliser des projets avec un angle entrepreneurial. D’ailleurs, l’intention d’entreprendre au Québec était de 7% en 2011 et elle a triplé pour atteindre 21% en 2017. Chez les jeunes, c’est encore plus élevé, avec 42%. L’entrepreneuriat fait rêver maintenant au Québec et c’est tant mieux !»

Des formations en démarrage dans la région de Toronto

StartUp Toronto

Cette initiative collaborative de développement économique a été lancée pour soutenir la croissance de start-up et la communauté innovante à Toronto. L’organisme offre des formations et en recense plusieurs offertes par ses partenaires.

York Entrepreneurship Development Institute

On y trouve plusieurs programmes pour lancer différents types d’entreprises, de l’internationale à celle à but non lucratif. Un programme s’adresse même aux jeunes de 15 à 29 ans.

Toronto business Development Center

Plusieurs programmes de formation très pratiques y sont offerts pour les entrepreneurs, allant d’une année complète à un été seulement pour les étudiants.

School for Social Entrepreneurs

Les entrepreneurs avec un projet social y trouvent toute une offre de formations spécialement conçues pour eux.

Université de Toronto

L’École de gestion Rotman offre un MBA avec une majeure en Innovation et Entrepreneuriat et l’École de formation continue propose un certificat en entrepreneuriat.

Université Ryerson

En plus d’une majeure en entrepreneuriat et stratégie, les entrepreneurs en herbe y trouvent une multitude de cours de premiers cycles dans le domaine.

Édité le 14 août 2017