Travailleur autonome: s’incorporer ou non?

Travailleur autonome: s’incorporer ou non?
Banque Nationale Démarrer, Entreprises Démarrer, Entreprises

S’incorporer ou non, c’est l’éternel dilemme qui taraude le travailleur autonome qui commence. Certains ne jurent que par l’incorporation, d’autres sont plus frileux. Voici quelques clés pour déterminer si le inc. en vaut la peine.

Même si un travailleur autonome enregistré sous son nom personnel ne bénéficie pas des mêmes protections et avantages qu’avec une société par actions, le passage vers celle-ci ne devrait pas se faire automatiquement pour autant. « On peut passer d’une entreprise individuelle à une société par actions à tout moment sans problème, mais je ne conseille pas à mes clients de s’incorporer immédiatement », explique Michel Tétreault, associé fiscaliste chez Lemieux Cantin.

Selon lui, le bon moment pour s’incorporer est habituellement celui où « le travailleur autonome génère un bon revenu, mais qu’il n’a pas besoin de tout cet argent pour vivre ».

Fiscalité avantageuse

Les avantages fiscaux de l’incorporation sont indéniables: une entreprise incorporée est moins imposée qu’un travailleur autonome en tant qu’individu. Sur la première tranche de 500 000 $ de revenu de l’entreprise, le taux d’imposition était de 19 % en 2015. Même s’il grimpera de quelques points en raison de changement fiscaux décrétés par le fédéral, cela demeurera beaucoup moins que le quasi 50 % imposé aux particuliers plus fortunés!

La compagnie est avantageuse lorsqu’on l’utilise pour réaliser un gain fiscal. L’argent économisé est mieux investi dans l’entreprise qu’en dehors, car il pourra fructifier davantage. « Si le travailleur autonome compte utiliser son entreprise comme moyen de conservation du patrimoine, c’est mieux de s’incorporer. S’il sort trop d’argent de la compagnie, il n’y a plus d’avantage fiscal », fait valoir Marc Gélinas, avocat et président fondateur de Jurismedia.

Selon lui, sous les 100 000 $ de revenus, l’incorporation ne vaut pas la peine, mais cela dépend de la capacité d’épargne de chacun.

Une meilleure protection

« Trop souvent, on met l’accent sur les avantages fiscaux, mais pas assez sur les avantages de ne pas perdre sa maison », rappelle Marc Gélinas. Grâce à l’incorporation, la responsabilité personnelle du travailleur autonome est protégée en cas de faute ou de problème important. « Si la compagnie est poursuivie, le pire qui peut arriver est de déclarer faillite, mais on ne perd pas sa maison », explique Marc Gélinas.

Si l’entreprise grossit et doit engager des employés, cette protection couvre également leurs agissements dans le cadre du travail.

Paperasse et dépenses

De l’avis de plusieurs experts, le principal désavantage de la société par actions est son coût. Les frais d’incorporation avoisinent les 1 500 $, mais ne sont exigés qu’une seule fois. Une société par actions exige ensuite une tenue de livres et des états financiers distincts, ce qui entraîne plus de paperasse administrative et des coûts supplémentaires.

« Pour s’incorporer, on doit compter des frais initiaux de 3 000 $, estime Michel Tétreault. Il faut ensuite calculer de 1 500 à 3 000 $ pour les frais de comptabilité et de planification financière annuellement. »

Mieux vaut toutefois laisser entre les mains d’un bon comptable la gestion des activités financières de l’entreprise, afin d’éviter une erreur qui mettra le fisc à ses trousses.

À lire aussi:

 

Édité le 9 février 2018

Sujets reliés