Travailleur autonome: comment « quitter » un client?

Travailleur autonome: comment « quitter » un client?
Banque Nationale Particuliers, Travailler Particuliers, Travailler

Calendrier plus chargé, relations difficiles, mandats inintéressants: quelle que soit la raison, se départir d’un client quand on est travailleur autonome ne doit jamais se faire à la légère. Une réputation est si vite entachée! Des trucs pour éviter de terminer sur une note négative.

Quitter temporairement

Si le manque de temps nous force à mettre le frein sur certains contrats pour quelque temps, il est primordial d’avertir le client rapidement et de lui proposer une solution de rechange.

« Le plus important est de minimiser les répercussions pour le client, pour qu’il n’en ressorte pas avec un goût amer », recommande Judith Lussier, journaliste indépendante et auteure du Petit manuel du travail autonome.

Elle conseille de terminer le mandat avant de prendre une pause ou de proposer un collaborateur de confiance pour prendre la relève. Que la pause soit longue ou courte, le travailleur autonome doit annoncer la date à laquelle il sera à nouveau disponible, afin de démontrer qu’il ne va pas disparaître dans la nature. C’est aussi sa responsabilité de rappeler sa présence à ses clients.

Si un client s’offusque d’un manque de disponibilité temporaire, lui expliquer que l’on veut s’assurer de ne livrer qu’un travail d’excellente qualité et que cela demande du temps peut le convaincre. Dans tous les cas, il est normal d’avoir des contrats cycliques et des charges de travail variables. Certains clients peuvent être irrités de ces allers-retours, mais d’autres ne s’en formalisent pas. Eux-mêmes n’ont pas toujours un flot constant de travail à donner.

Judith Lussier met toutefois en garde contre la tendance des pigistes à « garder les portes ouvertes », une tentation à contenir, car elle envoie des signaux contradictoires. Elle ne permet pas au travailleur autonome de pleinement se consacrer à ses contrats importants, car il continue d’être perçu comme ayant un pied dans un autre milieu, par exemple s’il conserve un emploi salarié la moitié de la semaine. Son engagement réel pourrait être remis en cause.

Quitter pour de bon

Si un conflit de personnalité ou de travail anime le désir de larguer un client, il est préférable d’en discuter d’abord pour tenter de désamorcer la situation. « On pense que les problèmes de personnalité sont insolubles, mais les verbaliser peut en faire prendre conscience chez l’autre personne », affirme Judith Lussier. Il importe d’être respectueux et mieux vaut aborder le sujet à tête reposée, et non dans le feu de l’action.

Si le conflit persiste, le travailleur autonome peut demander à traiter avec le supérieur de son client. Il ne faut pas s’empêcher de le faire parce que l’on n’est pas salarié.

« Les travailleurs autonomes ont le sentiment d’imposteur assez facile. On pense que c’est nous le problème, mais ce n’est pas toujours le cas », dit la jeune journaliste et auteure.

Même si elle est difficile à dire, mieux vaut également avouer les véritables raisons qui animent notre départ. Cela peut être non seulement bénéfique aux futurs collaborateurs de ce client, mais cela nous oblige à être honnête envers nous-même. Choisir avec qui on travaille et selon quelles conditions est, après tout, l’avantage principal d’être travailleur autonome!

Édité le 9 février 2018

Sujets reliés