Télévision et cinéma : le directeur de comptes

Télévision et cinéma : le directeur de comptes
Banque Nationale Entreprises, Inspirer Entreprises, Inspirer

Le cinéma et la télé font rêver. Mais pour ceux qui y travaillent, le scénario peut être parfois tiré d’un film d’action, parce que l’industrie traverse des turbulences.

« On est à la croisée des chemins », croit Marie-Josée Corbeil, directrice de comptes, Services aux entreprises, Groupe Cinéma et Télévision de la Banque Nationale.

Dans un contexte de réduction des crédits d’impôt et des budgets, dit-elle, « la tarte rapetisse. » C’est pourquoi les producteurs doivent apprendre à produire avec moins d’argent et plus de partenaires.

« Les producteurs doivent se réinventer, ajoute sa collègue Julie Prud’homme, elle aussi directrice de comptes. Ils doivent se tourner vers de nouvelles sources de financement, développer de nouveaux modèles et avoir des contacts à l’international. »

Marie-Josée Corbeil souligne que la barrière à l’entrée est plus basse qu’auparavant. Cela permet l’émergence d’une nouvelle génération de producteurs qui ont l’expérience de travailler sans avoir accès à beaucoup de fonds.

Les producteurs doivent tenir compte de la place croissante qu’occupent les nouvelles plateformes de diffusion et de l’émergence des séries conçues pour le Web. Une transformation qui soulève des questions quant à la convergence des contenus et au partage des revenus.

Un conseiller expert branché sur le milieu

Dans ce contexte, le rôle du directeur de comptes s’affirme encore davantage comme celui d’un expert-conseil.

« Notre rôle, c’est de parler de financement, mais pas seulement de ça, explique Mme Prud’homme. Nous agissons comme conseiller privilégié, pour tous les aspects des projets. »

Bien implantées dans le milieu, les directrices de comptes connaissent beaucoup de gens dans l’industrie du cinéma et de la télé, au Québec, au Canada, et même ailleurs dans le monde.

Cela est d’autant plus vrai que la Banque Nationale est, de loin, le principal acteur financier dans l’industrie au Québec. Le Groupe Cinéma et Télévision jouit d’une bonne crédibilité et s’appuie sur une solide équipe, présente notamment à Montréal, Québec, Toronto et Vancouver. Certains des clients de la Banque sont même exclusivement américains.

Ce qu’il faut pour travailler dans le milieu

On le devine : pour être directeur de comptes dans le secteur du cinéma et de la télé, il faut aimer côtoyer des gens créatifs et travailler au sein d’une équipe multidisciplinaire. Principal point de contact avec le client, le directeur de comptes doit être à l’écoute de ses besoins et savoir établir une relation de confiance avec lui.

De plus, note Marie-Josée Corbeil, « il faut avoir un esprit analytique, des talents de négociateur et une bonne connaissance du crédit », parce qu’il faut proposer des solutions souvent complexes et créatives, ce qui ajoute au caractère stimulant du poste.

Il serait difficile de commencer dans un tel poste sans une solide expérience du crédit, parce que la nature du secteur nécessite que le banquier intervienne de multiples façons, en fournissant du financement intérimaire, par exemple, dans l’attente de la réception des comptes clients, des crédits d’impôt et d’autres sommes prévues dans le cadre des ententes avec les diffuseurs.

Certains projets sont aussi plus expérimentaux, comme lorsqu’il s’agit de produire du contenu pour le Web ou les tablettes numériques.

Acteur de premier plan dans les projets des clients

Pour réussir comme directeur de comptes en cinéma et télévision, ajoute la comptable agréée Julie Prud’homme, « il faut une bonne formation financière et légale ; il faut comprendre les chiffres ! »

Certains des directeurs du Groupe sont des avocats qui ont obtenu un MBA, parce que la maîtrise de l’aspect financier est fondamentale. C’est exactement ce qu’a fait Marie-Josée Corbeil, qui s’appuie aussi sur une longue expérience dans le milieu.

« C’est un milieu très stimulant, conclut Julie Prud’homme. Nous connaissons nos clients et nous faisons partie de leurs projets. Les clients se sentent compris et nous pouvons les aider ! »

Pour en apprendre plus sur le métier de directeur de comptes :

  1. Directeur de comptes agricole : l’art de cultiver ses relations
  2. Le directeur de comptes : faire une différence grâce à un travail stimulant
  3. Le financement immobilier, secteur stimulant pour un directeur de comptes
  4. La responsabilité du directeur, commerce international, c’est de trouver des solutions!
  5. Technologie : les directeurs de comptes maîtrisent un Tétris financier
  6. Des directeurs de comptes en santé, dans un secteur qui bouge !

Édité le 3 novembre 2017

Sujets reliés