Technologie et innovation : pourquoi de plus en plus d’entreprises choisissent Montréal

Technologie et innovation : pourquoi de plus en plus d’entreprises choisissent Montréal
Banque Nationale Entreprises, Innover Entreprises, Innover

Avec 5 000 entreprises en technologie de l’information qui génèrent 10 G$ de revenus chaque année, le Grand Montréal est sans conteste un pôle mondial dans la technologie et l’innovation.

Cinquième au monde dans l’industrie des jeux vidéo. Quatrième pour les effets visuels. Montréal, aussi reconnue dans les sciences de la vie et l’aérospatiale, jouit aujourd’hui d’une réputation mondiale pour son expertise dans les domaines d’innovation.

Montréal International, un organisme qui vise à attirer et retenir les entreprises étrangères, les sièges sociaux et les talents à Montréal, constate les effets de cette réputation sur l’activité économique de la métropole. En 2016, l’organisme a enregistré des investissements record : 1,35 G$ contre 900 M$ annuels généralement ces dernières années, tous secteurs confondus. « À lui seul, le secteur des technologies de l’information et de la communication représente la moitié de la valeur de ces investissements », indique Christian Bernard, vice-président stratégie et communication de l’organisme.

Situation géographique, coûts d’opération réduits, écosystème riche, mesures gouvernementales incitatives, bassin de main-d‘œuvre qualifiée : les atouts de Montréal sont nombreux.

Une porte d’entrée en Amérique du Nord

La firme française OVH.com, un fournisseur d’infrastructures pour stocker et gérer les données numériques, est venue s’installer à Montréal en 2012, au moment de développer le marché d’Amérique du Nord. Aujourd’hui, elle emploie 200 personnes dans la métropole. Elle s’apprête à ouvrir deux centres de données aux États-Unis.

« Pour nous, Montréal était la porte d’entrée sur le continent américain, qui représente un marché colossal. Le fait que ce soit une ville francophone, à mi-chemin entre la culture européenne et américaine, implantée en Amérique du Nord, nous a beaucoup attirés », reconnaît Cédric Combey, vice-président ventes d’OVH.com.

Des coûts d’énergie faibles

OVH.com héberge des données dans des centres de serveurs très puissants et énergivores. Son plus grand centre, mis en place en 2013 à Beauharnois, en Montérégie, compte 360 000 serveurs. Pour OVH.com, « la capacité électrique du Québec, le prix et le fait que l’électricité soit verte étaient des éléments très attractifs pour nous », explique Cédric Combey.

Le prix de l’électricité au Québec est parmi les moins élevés en Amérique du Nord, selon Hydro Québec. Les entreprises grandes consommatrices d’électricité ont accès à des tarifs préférentiels, dont le Tarif développement économique, qui prévoit une réduction supplémentaire de 20 % dans certains cas.

Un bassin de main-d’œuvre qualifiée

La présence de nombreuses universités à Montréal, sacrée meilleure ville étudiante au monde selon le classement QS Best Student Cities 2017, est un autre de ses atouts. « Les universités sont une source importante de matière grise et d’électrons libres créatifs et les étudiants viennent du monde entier », fait valoir Éric Laflamme, directeur principal du Groupe technologie à la Banque Nationale. Grâce aux universités, qui forment 3 600 diplômés par an dans les divers programmes professionnels, collégiaux et universitaires de l’industrie selon TechnoCompétences, les entreprises savent qu’un bassin de main-d’œuvre locale qualifiée existe.

Toutefois, la demande des entreprises dépasse l’offre de main-d’œuvre. Pour tenter d’améliorer la situation, inciter les étudiants étrangers à rester à Montréal après leurs études est une option. Montréal International souhaite les guider, notamment sur le plan des procédures d’immigration à travers la plateforme Je choisis Montréal, mise en place grâce au soutien financier du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion.

Un appui des pouvoirs publics…

Le gouvernement a mis en place des crédits d’impôts pour les entreprises dans les domaines technologiques et de l’innovation afin de leur permettre de réaliser leurs ambitions d’affaires. Ces incitatifs fiscaux contribuent à diminuer les coûts d’exploitation globaux dans le Grand Montréal, qui sont jusqu’à 16 % inférieurs à ceux des autres grandes régions métropolitaines d’Amérique du Nord, selon Montréal International.

Des sources de financement diverses sont également accessibles tant par des organismes publics ou parapublics que par des fonds d’investissement, de capitaux de risque, etc. Les entreprises qui s’installent à Montréal peuvent aussi compter sur du soutien financier si elles veulent s’étendre dans la province. Ainsi, quand OVH.com a créé son centre de recherche et développement dans la ville de Québec en 2015, elle a obtenu le soutien de Québec International, d’Investissement Québec et de la Ville de Québec.

…et du secteur privé

Les institutions financières et autres organismes privés contribuent aussi à faciliter l’arrivée des sociétés étrangères. « On a créé un groupe spécialisé dans les technologies afin d’offrir à ces entreprises des interlocuteurs qui connaissent leur domaine et parlent le même langage, observe Éric Laflamme, de la Banque Nationale. On est un vrai partenaire d’affaires pour elles en les guidant étape par étape, en faisant du coaching, en leur ouvrant notre réseau et en mettant à leur service nos possibilités de financement. Ces jeunes pousses peuvent faire peur à des banquiers généralistes, car elles font de la R et D et n’ont souvent pas d’actifs tangibles à mettre en garantie, mais nous, on les comprend. »

Un esprit de collaboration entre partenaires innovants

Le Quartier de l’innovation, les projets de Montréal pour la ville intelligente, l’Institut de valorisation des données (Ivado)… La liste des acteurs de l’innovation et des technologies est longue et riche. L’écosystème en place permet une synergie, qui attire les grandes entreprises comme Google et Microsoft, par exemple.

« Le succès attire le succès, avance Christian Bernard. Les entreprises technologiques veulent être proches de leurs concurrents, de leurs fournisseurs, des organismes de recherche. Nous avons des chercheurs de renommée mondiale qui attirent les grandes entreprises afin de nouer avec eux des collaborations scientifiques. »

Parmi tous les atouts de Montréal, cet esprit de collaboration est peut-être, finalement, l’ingrédient qui explique le mieux le succès international de la métropole dans le domaine des nouvelles technologies.

Édité le 14 août 2017

Sujets reliés