Souris ou hippopotame? Pour faire croître son entreprise, la taille compte!

Souris ou hippopotame? Pour faire croître son entreprise, la taille compte!
Banque Nationale Croître, Entreprises Croître, Entreprises

Le marché que vous visez est-il de niche, ou pas du tout? Et pouvez-vous répondre à la demande? Autant de questions à se poser quand vient le temps d’adopter la meilleure stratégie pour assurer la croissance de votre entreprise.

 

Lorsqu’Alexandre Boucherot a cofondé la plateforme de sociofinancement Ulule, en 2010, il voyait déjà grand pour son entreprise : « Nous étions convaincus qu’elle aurait une vocation internationale », dit le cofondateur et PDG.

Aujourd’hui déclinée en 6 langues, Ulule a accueilli en 7 ans plus de 25 000 projets. Et son expansion se poursuit, avec l’ouverture en 2017 de ses bureaux à Barcelone et à Rome.

Ulule mise sur son accompagnement personnalisé et sur le taux de succès impressionnant des projets qu’elle présente (67 %) pour se démarquer dans le vaste marché du sociofinancement.

La taille du marché visé est justement l’un des principaux paramètres à considérer au moment de réfléchir à une stratégie de croissance. Les ressources dont dispose l’entreprise en est un autre.

Voici quatre scénarios possibles.

 

La souris: grand marché, petites ressources

Avec de modestes moyens, vous avez développé un produit ou un service qui suscite un tel engouement que vous n’arrivez plus à répondre à la demande? Votre entreprise est alors dans la même situation qu’une souris dans un silo à grains : votre capacité à profiter de ce qui s’offre à vous est limitée par votre petite taille.

Dans cette situation, il faut accroître vos ressources.

D’une part, les ressources humaines: il s’agit d’embaucher davantage de personnel ou encore de retenir les services de sous-traitants. D’autre part, les ressources techniques: pour répondre à la demande, il faudra peut-être investir dans de nouveaux outils, de l’équipement informatique ou, selon le secteur d’activité, des machines plus performantes.

 

La gazelle: grand marché, grandes ressources

Votre entreprise connaît une croissance rapide et soutenue? Elle jouit des moyens techniques, humains et financiers pour poursuivre son déploiement dans de larges marchés? Elle fait donc partie des (rares) gazelles, qui parcourent avec vitesse et agilité les vastes étendues de la savane.

Le Cirque du Soleil, qui emploie plus de 8 000 personnes partout dans le monde, 23 ans après ses modestes débuts, en est l’exemple parfait.

Le danger, ici, consiste à s’asseoir sur ses lauriers, alors qu’il faut plutôt maintenir le cap sur la croissance. En développant de nouveaux marchés ou en procédant à des acquisitions, par exemple.

 

Le poisson rouge: petit marché, petites ressources

Si votre entreprise connaît une croissance soutenue, mais modeste – parce que ses produits répondent à un besoin pointu, par exemple –, il faut passer en mode développement.

C’est ce qu’a fait la compagnie anglaise Media Displays, lorsqu’elle a appliqué aux vélos la technologie de diffusion de publicités vidéo qu’elle avait développée pour les camions.

La stratégie consiste donc à diversifier les sources de revenus, notamment en développant de nouveaux produits ou services qui enrichissent l’offre de l’entreprise… dans l’espoir d’augmenter la taille de son marché!

 

L’hippopotame: petit marché, grandes ressources

Votre entreprise jouit de ressources financières impressionnantes qui lui ont permis d’embaucher massivement et de se doter d’équipement de pointe, mais sa croissance est minée par un marché qui s’est avéré au final assez limité?

Il faudra probablement couper dans le gras. Cela pourrait signifier vous concentrer sur la portion la plus rentable de vos activités.

Une autre avenue consisterait à développer de nouveaux marchés afin de mieux utiliser les ressources dont vous disposez.

 

Alors, votre entreprise est-elle plus proche de la souris ou de l’hippopotame? À vous de le déterminer AVANT de mettre en œuvre votre stratégie de croissance!

Édité le 15 août 2017

Sujets reliés