Start-ups : deux points à retenir avant d’approcher des investisseurs potentiels

Start-ups : deux points à retenir avant d’approcher des investisseurs potentiels
Banque Nationale Démarrer, Entreprises Démarrer, Entreprises

Pour augmenter vos chances d’obtenir du financement, il est crucial de prendre quelques mesures avant même d’organiser votre première séance de pitch.

Avec Ubios, jeune pousse spécialisée en technologie résidentielle, Mathieu Lachaîne en est à sa sixième start-up. Véritable entrepreneur en série, il croit que la première étape de tout projet d’entreprise en démarrage consiste à intéresser des clients avant même de chercher des investisseurs. « Si le produit est tellement intéressant et clair que des clients sont prêts à se commettre avant qu’il ne soit entièrement développé, c’est que l’entreprise a réussi à clarifier sa place dans le marché. C’est à ce moment que les investisseurs seront intéressés. »

Comme les investisseurs sont très sollicités, Mathieu Lachaîne recommande également de faire soi-même les premiers investissements. « En étant votre premier investisseur, autant en temps qu’en argent, vous serez impliqué dans toutes les étapes de développement. Cela vous permettra de bien comprendre la valeur de ce que vous créez à long terme et d’être conscient de votre place sur le marché. Ça facilitera toutes les étapes subséquentes. »

Comment réduire la prise de risque financier?

« Qui dit start-up dit nouveau marché. Et cela implique de prendre des risques », rappelle Mathieu Lachaîne. Selon lui, l’idéal est d’investir graduellement dans sa nouvelle entreprise et de réaliser des tests. « On injecte des capitaux progressivement à mesure que les résultats sont concluants. On cherche ainsi à obtenir une courbe de croissance en forme de bâton de hockey. »

Établir une clientèle le plus tôt possible et investir soi-même dans son projet permet de réduire la prise de risque. Il est donc plus facile de se relever et de passer au prochain projet si celui-ci ne fonctionne pas. Mathieu Lachaîne rappelle qu’en moyenne une seule start-up sur dix parvient à survivre; il ne faut donc pas avoir peur d’expérimenter tout en restant conscient des aléas.

Édité le 6 juillet 2018

Sujets reliés

Publicité