Réussir sa campagne de sociofinancement

Réussir sa campagne de sociofinancement
Banque Nationale Entreprises, Innover Entreprises, Innover

Afin de financer leur startup, de plus en plus de jeunes entrepreneurs se tournent vers le sociofinancement. Comment s’assurer de faire de sa campagne un véritable succès? Voici quelques conseils pour réussir.  

Réussir à mettre sur pied un projet d’affaires en faisant appel directement à la population pour le financement peut en faire rêver plusieurs. Ce rêve est devenu réalité pour 1083, une entreprise devenue un véritable phénomène médiatique il y a quelques années en France. Le gérant d’une petite boutique de la région d’Ardèche a eu l’idée de lancer une collection de jeans et de chaussures écologiques avec un ensemble de matières premières fabriquées en France, dans un rayon de 1083 km, soit la distance entre les deux villes les plus éloignées de la France. Une initiative de sociofinancement a été lancée sur la plateforme Ulule, très bien connue en Europe, qui est arrivée au Canada en 2015 avec la Banque Nationale comme partenaire.

La campagne de 1083 a mis l’accent sur les valeurs écologiques du projet, sur la mise en valeur de l’expertise locale et sur le sympathique jeune homme, Thomas Huriez, qui est derrière ce projet dans lequel tout le monde a eu envie d’embarquer. Les précommandes ont dépassé de neuf fois l’objectif que l’entreprise s’était fixé! Pour réussir un tel exploit, il faut tout de même réfléchir à sa stratégie avant de se lancer dans l’aventure.

À qui vous adressez-vous?

Pour viser juste avec votre campagne de sociofinancement, commencez par déterminer à qui vous vous adressez. Répondre à cette question vous aidera à trouver les bons mots, le ton juste et un visuel qui saura attirer l’attention de votre cible.

Parlez-vous au milléniaux en général? Aux femmes dans la trentaine et la quarantaine avec un intérêt marqué pour la santé et le bien-être? Aux jeunes urbains à la recherche de la dernière innovation technologique? Aux gens préoccupés par l’environnement?

Une anecdote touchante a-t-elle inspiré votre projet? Si oui, racontez-la. Les gens adorent les bonnes histoires! Vous avez un vrai champion dans votre équipe, une personnalité connue, ou quelqu’un qui sait comment attirer les gens? N’hésitez pas à mettre cette personne de l’avant. Les gens aiment associer un projet à un visage.

Comment dépenserez-vous l’argent amassé?

Vous demandez aux gens de financer votre projet, ils veulent bien sûr savoir exactement à quoi servira leur argent. Par exemple, la collection de vêtements exclusive d’atelier b et de l’illustratrice Catherine D’Amours à Montréal (financée avec succès également sur Ulule) a détaillé les parts de la somme amassée qui seraient allouées à la production, aux taxes, au développement, aux communications, aux frais d’envoi et à Ulule.

De son côté, l’entreprise 1083 a indiqué que les fonds obtenus pour les précommandes serviraient à se procurer la matière première, dont le denim en coton bio tissé dans la Loire.

Il est aussi possible que le web s’emballe et que votre objectif de sociofinancement soit largement dépassé, comme ce fut le cas pour 1083. Prévoyez alors un deuxième objectif et décrivez ce que vous réaliserez s’il est atteint afin de propulser votre projet à l’étape supérieure.

Soyez actif chaque jour!

Une campagne de sociofinancement, c’est un peu comme un marathon. Il faut savoir doser l’effort pour être en mesure de garder un bon rythme jusqu’à la fin. Il faut maintenir l’intérêt en publiant quotidiennement un message intéressant qui convaincra les gens de continuer à donner. Prévoyez des éléments que vous pourrez présenter plus en détail à votre communauté, et ce, au fil des jours. Par exemple, montrez comment, concrètement, votre projet changera la vie d’une communauté. Trouvez une façon originale de présenter les artisans de votre projet. Les gens aiment avoir accès à l’envers du décor. Il faut également répondre aux commentaires!

Choisirez-vous une plateforme de financement participatif en contrepartie?

Il existe maintenant différents types de sociofinancement. Le financement participatif en contrepartie permet aux individus de déterminer le montant qu’ils souhaitent donner, puis ils obtiennent ce qui leur a été promis par le créateur de la campagne. Dans ce modèle, il n’est pas question d’obtenir des parts dans l’entreprise. On parlera plutôt d’avantages ici. Par exemple, on peut financer la production d’un documentaire et y avoir accès gratuitement par la suite, ou encore, obtenir une pièce de vêtement précommandée.

Enfin, pour pouvoir mettre en place une campagne de financement, les plateformes exigent de suivre des règles rigoureuses. La réputation des plateformes, et la vôtre, doivent rester sans taches auprès du grand public. Les sites offrent généralement une forme d’accompagnement pour aider les futurs entrepreneurs à lancer leur campagne dans les règles de l’art.

Qui sont les grands joueurs?

Les plateformes de financement participatif en contrepartie sont nombreuses et de plus en plus connues du grand public. Du côté des grands sites originaires des États-Unis, Kickstarter et Indiegogo n’ont plus besoin de présentation. C’est d’ailleurs cette dernière plateforme que Bastien Poulain, créateur des sodas artisanaux québécois 1642, a utilisé pour obtenir du financement.

En plus d’Ulule, originaire de France et maintenant installée à Montréal, on a vu naître au Québec les initiatives La Ruche et Haricot. Même si cela peut paraître paradoxal étant donné que le concept des plateformes de sociofinancement est de financer son projet sans l’aide des grandes institutions financières, ces dernières s’associent de plus en plus à ce type de plateformes web. C’est ce qu’a fait la Banque Nationale en créant un partenariat avec Ulule. Les deux organisations partagent l’objectif de soutenir les entrepreneurs dans la réalisation de leurs projets.

Opterez-vous plutôt pour le financement participatif en capital?

Un entrepreneur peut aussi choisir le financement participatif en capital en émettant des titres comme des obligations et des actions de l’entreprise aux gens qui contribuent à son financement. Cette solution, encadrée par l’Autorité des marchés financiers depuis 2015, vient avec de nombreuses obligations juridiques et financières.

Le financement participatif en capital est encore à ses balbutiements au Québec, mais on compte déjà quelques sites web québécois comme GoTroo et FrontFundr. Ailleurs, l’engouement est maintenant incontestable vu la popularité des sites tels que Crowdcube en Grande-Bretagne, Fundable aux États-Unis et Anaxago en France.

Peu importe l’objectif de votre campagne de sociofinancement, si votre stratégie est claire et bien dirigée, vous pourrez ainsi amasser plus facilement les sommes désirées pour concrétiser votre projet.

Édité le 4 mai 2018

Sujets reliés