Réussir ses études en génie

Réussir ses études en génie
Banque Nationale Particuliers, Planifier Particuliers, Planifier

Plus jeune, Jonathan Landry-Leclerc voulait devenir inventeur. C’est à l’école secondaire qu’il a découvert sa voie : l’ingénierie. Avec une passion pour l’environnement, un désir de changer les choses et l’envie de démarrer sa propre entreprise, Jonathan tire le maximum de ses études en génie. Voici comment.

S’impliquer dans son milieu

Pour s’impliquer dans sa communauté, Jonathan a fait énormément de bénévolat. Avant de commencer son bac, il s’est engagé auprès d’organismes qui viennent en aide aux gens durant le temps des fêtes. « Je trouve que c’est une bonne façon de faire des rencontres et d’élargir mon réseau de contacts. En plus d’acquérir des habiletés connexes qui me serviront plus tard », avoue d’emblée Jonathan.

Lorsqu’il est entré à l’université, il a quitté le foyer familial pour s’établir à Montréal. Il a donc mis son bénévolat de côté pendant un an, le temps de s’acclimater à sa nouvelle vie et d’établir ses repères.

C’est en deuxième année qu’il est devenu directeur des commandites du comité Poly-E, le club d’entrepreneuriat de Polytechnique Montréal. « J’ai rencontré des gens qui sont, comme moi, passionnés par l’entrepreneuriat. » Pendant ce temps, Jonathan prend de l’expérience et se développe un bon réseau de contacts, ce qui le rapproche de son but de diriger un jour sa propre entreprise.

Jonathan s’est aussi impliqué dans l’association étudiante où il a été élu vice-président aux communications. « Toutes ces démarches, bien que bénévoles, ajoutent des cordes à mon arc, me permettent de me démarquer et me motivent à continuer. »

Se préparer financièrement

En choisissant d’aller à l’université, Jonathan savait qu’il devrait lui-même payer ses études et subvenir à ses besoins. C’est pourquoi il a commencé à travailler près de 75 heures par semaine durant l’été, dès la fin de ses études secondaires. « C’est un gros sacrifice, mais je l’ai fait pour atteindre mon objectif. »

La gestion du temps représente un grand défi pour Jonathan. Mais il arrive à conserver l’équilibre entre ses études, son travail et son bénévolat en gardant le cap sur son objectif. « C’est certain que je dois travailler fort, mais je n’ai pas le choix si je veux sortir de l’université sur le même pied que tout le monde. »

Tous ses efforts ont été récompensés puisque, cette année, il n’aura pas recours aux prêts et bourses du gouvernement. Il a reçu des bourses de l’école afin de souligner son implication dans son milieu.

Établir un budget

Pour Jonathan, faire un budget est essentiel. « Je sais exactement quelles sont mes dépenses et ce que je peux me permettre à chaque semaine. J’ai l’habitude de retirer un montant pour mes loisirs et je ne dépense pas plus que ce montant. »

Pour réduire ses dépenses, il partage les frais d’Internet avec ses voisins. Puis, les coûts mensuels liés à l’utilisation de son téléphone sont couverts par les compagnies pour lesquelles il travaille. Il peut donc concentrer une bonne partie de son budget sur le paiement de son loyer, qui reste sa principale dépense, tout en se permettant la possession d’une voiture.

Se fixer des objectifs

À court terme, Jonathan doit finir son bac en génie mécanique. Ensuite, il devra faire son juniorat pour obtenir son permis d’ingénieur. C’est une étape essentielle où il travaillera à titre d’ingénieur junior, sous la supervision d’un ingénieur, pendant environ 3 ans. Ensuite, il se voit bien travailler deux ou trois ans dans une compagnie, toujours dans l’objectif ultime de démarrer sa propre entreprise.

Pour réussir dans son domaine d’étude puis ensuite dans sa carrière, Jonathan conseille de prendre le temps de bien faire les choses. « Il faut rencontrer des gens, s’impliquer, être attentif à son environnement, saisir les opportunités et acquérir l’expérience nécessaire pour se démarquer. »

Édité le 20 août 2018

Sujets reliés