Quand la réussite passe par le cybercommerce

Quand la réussite passe par le cybercommerce
Service de contenu Les Affaires Croître, Entreprises Croître, Entreprises

Vous estimez que la réussite commerciale de votre PME ou de votre start-up passe par le cybercommerce ? La vente en ligne de vos produits vous semble un incontournable ?

Le succès de Minitrade vous donne raison et saura vous inspirer.

Bien s’entourer

Fondée en avril 2012 par Isabelle Doucet et son conjoint Malik Yacoubi, Minitrade recevait le grand prix « Modèle d’affaires émergent » au concours Boomerang en 2013. En septembre 2015, l’entreprise était en nomination aux Prix de Postes Canada pour l’innovation en cybercommerce dans la catégorie « Jeune entreprise la plus prometteuse ».

Comment expliquer qu’une si jeune entreprise cumule déjà les honneurs ? « Le modèle d’affaires de Minitrade, qui vend exclusivement en ligne des vêtements d’occasion de grandes marques, va révolutionner le commerce de détail », prédit Martin Aubut, un des anges financiers qui soutiennent la jeune entreprise. Pour faire cette prédiction, il se fonde sur sa propre expérience, qui remonte aux balbutiements du commerce électronique. Il était alors l’un des leaders de Réseau Contact – le premier site de rencontres au Québec.

La présidente de Minitrade a aussi trouvé une alliée de taille en la personne de Mitsou Gélinas : « En tant que partenaire, elle nous a beaucoup aidés à développer le marché du Québec, et en ajoutant les vêtements pour femmes à notre offre, nous avons connu une croissance de 400 %, confie Mme Doucet. Au début, j’étais seule, et maintenant, j’ai 16 employés ! »

L’appui de personnes telles que Martin Aubut et Mitsou Gélinas renforce l’une des convictions profondes d’Isabelle Doucet : « La règle de base est de s’entourer de personnes qualifiées ; c’est ce qui nous a donné une longueur d’avance. Nous avons maintenant 35 000 clients partout au Canada. Cette forte croissance nous a amenés à changer notre plateforme pour une troisième fois en seulement deux ans et demi. C’est donc important d’être appuyé par des gens à la fine pointe de la technologie. »

Le vrai patron, c’est le client

À sa fondation, Minitrade offrait exclusivement des vêtements pour enfants. « À la demande de notre clientèle, nous avons élargi notre gamme de produits. Graduellement, les vêtements pour femmes ont fini par représenter 80 % de nos ventes », raconte Mme Doucet. Pourquoi ce revirement ? Le marché avait-il été mal ciblé au départ ? « Dans une entreprise en démarrage, on appelle ce changement d’orientation un pivot, explique M. Aubut. Le vrai patron, c’est le client. L’entrepreneur doit être à l’écoute du consommateur. L’entreprise pensait vendre des vêtements pour enfants, la clientèle a préféré les vêtements pour femmes. La structure de l’entreprise est toujours la même, mais son positionnement est différent. C’est très important de s’accrocher, non pas à son rêve initial, mais au rêve de réussir. » Voilà qui devrait vous convaincre que la clé de la réussite dépend de votre ouverture d’esprit.

Des outils pour connaître les besoins du client

« Google est le nerf de la guerre », lance M. Aubut. Google, c’est non seulement le moteur de recherche que la plupart des consommateurs utilisent pour trouver ce qu’ils veulent acheter, c’est aussi une série d’outils qui vous aideront à mieux connaître les besoins de la clientèle visée si vous souhaitez faire croître votre entreprise. Vous aurez intérêt à vous adjoindre une personne qui saura maîtriser le concept de référencement en ligne, l’outil publicitaire Google AdWords, ainsi que Google Analytics , un outil gratuit d’analyse de données comme le nombre de personnes qui visitent le site, qui y reviennent, et surtout, qui achètent. Autre indispensable : Google Trend, qui vous donnera une bonne idée des tendances et de l’étendue potentielle de votre marché.


Pour en savoir plus, inscrivez-vous à l’infolettre Banque Nationale

 

Une veille essentielle

Vous devez également être à l’écoute de ce que disent les consommateurs sur les réseaux sociaux et lire attentivement leurs commentaires sur les sites Web d’évaluation de produits. « Il faut rester en mode compréhension des changements et des tendances, être toujours au courant de ce que les gens disent à propos de nos marques et de nos produits », insiste M. Aubut.

C’est ce que fait Minitrade. « Notre promotion se fait beaucoup par l’entremise de nos clients. S’il y avait des commentaires négatifs sur notre page Facebook, on se tirerait dans le pied, observe Mme Doucet. Nos fournisseurs d’inventaire sont aussi nos acheteurs, il faut qu’ils soient satisfaits de notre service. » C’est ainsi qu’à l’origine, les personnes qui envoyaient des vêtements à Minitrade recevaient une note de crédit applicable à l’achat d’autres vêtements. À la demande des clients, ils ont aujourd’hui le choix entre une note de crédit ou une somme d’argent. « Il y en a qui n’aiment pas acheter en ligne, qui préfèrent toucher à la marchandise, mais qui veulent nous vendre leurs vêtements. Nous avons su nous adapter », conclut Mme Doucet.

Découvrez comment nos services, produits et conseils alimentent la performance de votre entreprise.

Visitez notre section dédiée aux petites entreprises >

À lire aussi:

Édité le 22 décembre 2016

Sujets reliés