Planifier sa retraite dès aujourd’hui

Planifier sa retraite dès aujourd’hui
Banque Nationale Particuliers, Planifier Particuliers, Planifier

Pour planifier sa retraite, il ne suffit pas d’épargner. Il faut avant tout identifier ses besoins. Pour vous aider à trouver la bonne stratégie, voici un entretien avec Natalia Sandjian, planificatrice financière.

À quel moment faut-il commencer à planifier sa retraite?

« L’erreur la plus courante en matière de planification de retraite, c’est de ne pas y penser. La seconde, c’est de ne pas y penser assez tôt, avoue d’emblée Natalia Sandjian. Vous devriez planifier votre retraite dès votre entrée sur le marché du travail. Les gens commencent souvent à y penser vers l’âge de 50 ans et c’est loin d’être l’idéal. »

Dans la vingtaine ou la trentaine, les travailleurs ont souvent d’autres priorités, comme la maison et les enfants. « Les gens se disent qu’ils ont bien assez de dépenses maintenant et qu’ils investiront pour la retraite plus tard. Pourtant, en commençant à épargner tôt, l’intérêt composé se charge d’une bonne partie de l’effort d’épargne », ajoute Mme Sandjian.

Faut-il estimer l’âge de sa retraite?

« Vous devez non seulement préciser l’âge idéal auquel vous souhaitez vous retirer, mais aussi chiffrer le coût de votre train de vie aujourd’hui (qui est un bon indice de celui à venir), établir un bilan de vos investissements actuels et estimer les prestations privées ou gouvernementales que vous comptez recevoir à la retraite. »

« La retraite est aujourd’hui considérée comme une seconde vie, souligne la planificatrice financière. Les nouveaux retraités se disent : « Maintenant, je vais pouvoir faire autre chose. » Certains souhaitent entreprendre de nouveaux projets, voire continuer à travailler ici et là, par intérêt ou par besoin. »

Pourquoi faut-il évaluer le revenu dont on aura besoin?

Selon l’experte, les dépenses s’étendent maintenant sur une plus longue période. Dans certains cas, la durée de la retraite est aussi longue que la durée de vie active. Les travailleurs doivent en plus dépendre d’eux-mêmes, comme les revenus garantis sont moins élevés : les régimes de retraite privés sont de plus en plus rares, ou moins généreux, et les régimes gouvernementaux, insuffisants.

« Le taux d’endettement des retraités est aussi plus élevé, précise Mme Sandjian. Une génération plus tôt, l’hypothèque était payée à la retraite, alors qu’aujourd’hui, des gens de 50 ou 60 ans viennent nous voir pour refinancer leur propriété. À la base, les clients souhaitent continuer à maintenir leur style de vie à la retraite. La baisse de leur niveau de vie est de loin leur plus grande peur. Ils craignent de ne plus pouvoir continuer à faire ce qu’ils aiment. Nous sommes loin des grands rêves irréalistes! En fait, les gens s’empêchent même parfois de rêver, trop inquiets par l’aspect financier de la retraite. »

Comment choisir sa stratégie d’investissement?

« Le planificateur financier établit une stratégie personnalisée qui tient compte des priorités de son client et qui respecte son train de vie et son tempérament. Un trentenaire en début de carrière accablé par une foule de dépenses, mais qui a par contre beaucoup de temps devant lui, n’aura pas la même stratégie d’investissement qu’un quinquagénaire plus prudent, qui souhaite commencer à décaisser au cours de la prochaine décennie », souligne Natalia Sandjian.

 Les jeunes travailleurs devraient revoir leur stratégie de retraite tous les cinq ans, ou à chaque événement de vie majeur (l’arrivée d’un bébé, un mariage ou un divorce, un héritage ou un nouvel emploi). Alors que les gens à l’aube de la retraite profiteraient d’une révision annuelle.

« Une erreur courante est de penser qu’il est possible d’épargner sans plan. Sans objectifs, les chances de réussir sont minces. » La clé? Faire appel à un conseiller en investissement.

Voici de brefs conseils pour épargner selon votre âge

À 20 ans : Épargnez de façon périodique, selon vos capacités financières. Un investissement aussi minime que 25 $ par mois a son importance au bout du compte, en plus de servir à ancrer l’habitude d’épargner.

À 30 ans : N’abandonnez pas votre cotisation en vue de la retraite, même s’il s’agit de la période où les gens sont le plus endettés, et que votre revenu est très sollicité.

À 40 ans : Persévérez dans votre habitude d’épargne et augmentez votre cotisation en fonction de vos capacités. Un budget bien équilibré laissera de la place autant à l’épargne qu’aux dépenses discrétionnaires. Et si vous recevez un remboursement fiscal, vous pourrez alors vous faire plaisir avec une partie de celui-ci.

À 50 ans : Maximisez vos cotisations, quitte à mettre les bouchées doubles si vous remarquez que vous n’êtes pas aligné avec vos objectifs de retraite.

Édité le 27 septembre 2018

Sujets reliés