Les défis de la recherche d’emploi au féminin

Les défis de la recherche d’emploi au féminin
Banque Nationale Particuliers, Travailler Particuliers, Travailler

Les hommes et les femmes n’abordent pas la recherche d’emploi de la même manière. Bien souvent, les femmes se montrent moins audacieuses. Simple manque de confiance en soi? La réponse n’est pas si simple!

Des approches différentes


« Typiquement, les hommes qui font appel à nos services vont droit au but : ils veulent un travail payant, le plus vite possible. Les femmes, par contre, sont souvent incertaines de ce qu’elles veulent faire et sont intéressées par un processus d’orientation », affirme Dominique Théroux, directrice générale de La Clef, Centre Lanaudière d’emploi pour femmes, et de Perspectives nouvelles, un organisme de recherche d’emploi ouvert à tous.

Plusieurs études démontrent que les femmes ont souvent moins confiance en elles que les hommes. En matière de recherche d’emploi, beaucoup d’entre elles préfèrent les voies conventionnelles, se contentant de répondre aux offres affichées plutôt que d’utiliser leur réseau. Les femmes sont également moins nombreuses à utiliser les réseaux sociaux pour trouver un emploi. Au premier abord, elles peuvent donc sembler plus timides et moins proactives.

Des barrières réelles


La recherche démontre toutefois que des obstacles bien réels leur rendent la tâche plus difficile. Entre autres, le réseautage est souvent moins efficace pour elles que pour les hommes. Tandis que les hommes talentueux seraient promus sur la base de leur potentiel, les femmes de talent le seraient sur la base de leurs réalisations concrètes. Enfin, les femmes progresseraient moins vite dans leur carrière et se verraient plus souvent refuser une augmentation de salaire, même si elles posent les bons gestes et fournissent autant d’efforts que les hommes.

Pour les aider à franchir ces barrières, l’approche féministe de La Clef et de Perspectives Nouvelles vise donc à leur donner plus d’assurance. « Nous expliquons aux femmes que nous ne sommes pas des féministes enragées, mais des féministes engagées! » explique Dominique Théroux avec humour. « Nos activités visent à leur permettre de se découvrir, d’identifier leurs compétences, d’augmenter leur confiance en elles et d’améliorer leurs stratégies de recherche d’emploi. Elles se sentent ainsi mieux outillées, plus compétentes et plus confiantes. »

L’importance de la famille


Un autre facteur retient les femmes en arrière professionnellement : l’importance qu’elles accordent à la famille. Contrairement aux hommes, elles modulent leur recherche d’emploi en fonction de plusieurs critères : l’éloignement de la maison, les horaires de la garderie et de l’école, le temps nécessaire pour préparer le souper ou l’horaire de travail de leur conjoint.

« Les femmes font des concessions sur leur carrière au profit de leur famille dès le début de la recherche d’emploi, qu’elles soient scolarisées ou non », soutient Dominique Théroux.

« Elles s’organisent pour pouvoir prendre soin de leurs proches. Les hommes, de leur côté, songent presque uniquement au salaire, à leur intérêt pour le poste et aux possibilités d’avancement. »

Prendre sa place


Pour tirer leur épingle du jeu, Dominique Théroux recommande vivement aux femmes d’utiliser les ressources en recherche d’emploi disponibles pour elles.

« En consultant des professionnels, elles pourront développer des stratégies vraiment efficaces et obtenir davantage de succès dans leur recherche d’emploi. Elles ont de grandes compétences. Elles doivent les affirmer et prendre leur place! » soutient-elle.

Édité le 9 février 2018

Sujets reliés