Le REER est-il plus intéressant que le CELI?

Le REER est-il plus intéressant que le CELI?
Banque Nationale Investir, Particuliers, Planifier Investir, Particuliers, Planifier

Bien comprendre le REER et le CELI pour choisir la meilleure stratégie d’épargne

Les planificateurs financiers appliquent généralement la règle suivante : si vos revenus sont plus élevés maintenant qu’ils le seront à la retraite, le régime enregistré d’épargne-retraite (REER) est probablement la meilleure option.

Cependant, si vous croyez que vos revenus de retraite seront plus élevés que vos revenus actuels, le compte d’épargne libre d’impôt (CELI) pourrait être la bonne option.

Réduire ses impôts

« Le REER présente deux avantages principaux, mais le plus important est l’économie d’impôt, explique Jean-Philippe Bernard, de la Financière Banque Nationale, Gestion du patrimoine. Le REER reporte l’impôt à payer sur vos revenus de placement, tandis que vos contributions vous permettent aussi de réduire votre fardeau fiscal chaque année. »

Vous attendez-vous à recevoir une pension confortable ? Il est possible que le montant des rentes gouvernementales que vous recevrez (Régime de pension du Canada, Sécurité de la vieillesse et Régie des rentes du Québec) soit réduit parce que le calcul tient compte de votre pension.

À la différence du CELI, les retraits d’un REER sont considérés comme un revenu. Le CELI pourrait donc être plus avantageux s’il vous permet de mieux gérer votre revenu imposable total.

Il faut aussi tenir compte du fait que, si vous approchez l’âge de la retraite, tous les REER doivent être convertis en fonds enregistrés de revenu de retraite (FERR) à 71 ans, ce qui a un impact fiscal.

Ce n’est pas le cas du CELI, pour lequel il n’y a aucune limite d’âge ; vous pouvez y contribuer toute votre vie.

Les contributions à un REER sont déductibles de votre revenu imposable, tandis que les contributions à un CELI sont effectuées avec de l’argent déjà imposé. Elles ne donnent droit à aucune déduction.

Cela dit, vous devrez payer de l’impôt si vous retirez des sommes de votre REER, ce qui n’est pas le cas avec le CELI.

« Dans le cas du REER, l’argent sera imposé éventuellement, mais à un taux qui sera probablement moins élevé à l’âge de 65 ou 70 ans, ajoute Jean-Philippe Bernard. Dans le cas du CELI, vous avez déjà payé l’impôt utilisé pour effectuer le placement ; il ne sera donc pas imposé à nouveau au moment du retrait. »

Planification successorale

L’impact fiscal pour les successions diffère aussi entre le REER et le CELI. Les deux régimes permettent de désigner un bénéficiaire. Cependant, la totalité des montants investis dans un REER sera imposée au moment du décès, alors que seulement l’augmentation de la valeur des placements est assujettie à l’impôt dans le cas du CELI.

Vous pouvez contribuer jusqu’à 18 % de votre revenu annuel dans un REER, jusqu’à une limite de 24 270 $ en 2014. Vous pouvez dépasser ce montant en utilisant les droits de cotisation inutilisés au cours des années précédentes.

Quant aux CELI, la limite a été fixée à 5 500 $ à compter de 2013. Tout comme dans le cas du REER, vous pouvez utiliser vos droits de cotisation inutilisés pour contribuer davantage.

POUR EN SAVOIR PLUS

D’autres articles reliés
Le REER ou le CELI : comment les utiliser
Qu’est-ce que le REER (Régime enregistré d’épargne-retraite)?
Les 4 cycles de vie du CELI

Ressources gouvernementales
Agence du revenu du Canada : REER

Découvrez les offres de la Banque Nationale
Régime enregistré d’épargne Retraite (REER)
Compte d’épargne libre d’impôt (CELI)

Édité le 14 septembre 2017