Le quart des jeunes Québécois veulent lancer une entreprise

Le quart des jeunes Québécois veulent lancer une entreprise
Banque Nationale Démarrer, Entreprises Démarrer, Entreprises

La culture entrepreneuriale se porte bien chez les jeunes de 18 à 34 ans, au Québec : 25 % d’entre eux disent avoir « l’intention d’entreprendre ».

C’est ce qu’a découvert un sondage mené conjointement par la Fondation de l’entrepreneurship et la Caisse de dépôt et placement du Québec. Selon cette enquête, L’Indice entrepreneurial québécois 2013, la proportion de jeunes qui veulent devenir entrepreneur a grimpé de 10 % par rapport à 2012.

Cependant, note le site LesAffaires.com, la question qui porte sur les intentions d’entreprendre a été modifiée, ce qui appelle à la prudence dans l’interprétation des résultats.

Un fossé entre les intentions et l’action

L’article rapporte que les intentions ne sont pas toujours suivies par l’action, puisque seulement 7,4 % des jeunes ont « entrepris une démarche en vue de démarrer une entreprise ». Le principal obstacle, pour les jeunes comme pour les entrepreneurs de tous âges, demeure la question du financement.

La Fondation souligne que les entrepreneurs potentiels comptent beaucoup sur le financement public pour lancer leur entreprise. Selon l’organisme, il faudrait plutôt comprendre « l’importance de l’investissement personnel ».

Les entrepreneurs sont bien perçus

Les entrepreneurs ont la cote auprès de la population, indique l’enquête. Ainsi, 93 % de la population considèrent que les entrepreneurs sont « très importants » ou « assez importants ». Par ailleurs, l’étude met en lumière un certain retard entre l’entrepreneuriat au Québec et ailleurs au pays :

  • Seulement 14,8 % de tous les Québécois veulent se lancer en affaires, alors que cette proportion atteint 21 % ailleurs au Canada.
  • Le tiers des propriétaires d’entreprises au Québec “visent la croissance” au cours des trois prochaines années (44 % dans le reste du pays).
  • Les entrepreneurs québécois ne sont que 15 % à avoir l’intention de faire des affaires à l’international, ce qui est la moitié des intentions à l’échelle du Canada.

—-

Pour en savoir plus, inscrivez-vous à l’infolettre Banque Nationale

À lire aussi:

 

Édité le 3 novembre 2017

Sujets reliés