La créativité: pas seulement pour les artistes

La créativité: pas seulement pour les artistes
Banque Nationale Particuliers Particuliers

La créativité, c’est loin d’être que pour les bohèmes et les entrepreneurs en série. C’est pour quiconque souhaite accomplir de petites, moyennes et grandes choses, peu importe de quoi il s’agit.  

Cath Laporte, artiste professionnelle et coach à La Factry, l’école des sciences de la créativité, nous en parle.

«Être créatif, c’est un état d’esprit. Ça commence par voir des solutions plutôt que des problèmes. On peut y arriver en réparant des voitures, en lavant la vaisselle, en faisant du vélo. Être créatif en fait, c’est décider de faire les choses différemment pour se créer la vie qu’on souhaite.»

L’artiste, qui utilise entre autres des déchets en bordure des rues pour les transformer en œuvres qui diffusent des messages positifs, tente d’incorporer des réflexes de la créativité aux professionnels participant à son atelier. Certains sont plus faciles que d’autres à convaincre, surtout quand les habitudes sont bien ancrées.

Être créatif ou disparaître

Parmi les véritables convaincus de la nécessité d’avoir une créativité bien éveillée, il y a Stéphane Vidal, vice-président marketing et communications chez XMedius. C’est l’un des plus gros joueurs mondiaux dans le domaine du fax en ligne, une technologie encore grandement utilisée dans le secteur bancaire, de la santé et de l’éducation.

«Toute entreprise se doit d’être innovante, car sinon, elle va mourir, affirme Stéphane Vidal. Le statu quo ne peut pas fonctionner. Les Google de ce monde n’existaient pas dans les années 1980 et elles sont maintenant les plus grandes entreprises alors que plusieurs géants de ces années-là sont morts aujourd’hui parce qu’ils n’ont pas su se renouveler.»

Le gestionnaire cherchait, sans succès, depuis un moment déjà, des formations pour amener son équipe à être plus créative lorsqu’il est tombé sur La Factry. Avec un collègue, il a été de la première cohorte à être formée.

«C’est évident qu’une équipe de R et D se doit d’être créative, mais nous voulons aller plus loin en prenant un virage qui inclut tout le monde dans l’entreprise, affirme M. Vidal. De l’équipe des ventes, à l’administration, aux ressources humaines, nous voulons que tout le monde amène de nouvelles idées et que ce ne soit pas quelque chose de forcé.»

XMedius ne s’est pas assise sur ses lauriers ces dernières années. L’entreprise a d’abord développé une solution complètement numérique à l’envoi de fax, puis adopté le nuage informatique. Plus récemment, elle a développé un logiciel de transfert sécurisé de fichiers qui pourrait bien venir remplacer le fax.

Créer dans le plaisir

Rien de forcé. C’est un peu ce qui guide Cath Laporte dans son quotidien d’artiste. Elle affiche clairement ses valeurs, ce en quoi elle croit.

«Oui, il faut travailler fort pour réussir, mais ce n’est pas obligé d’être pénible, affirme l’artiste. Je passe de moins en moins de temps devant mon ordinateur et je trouve des façons plus intéressantes de m’inspirer dans ma vie au quotidien. Plus on se sent bien, plus les idées voyagent sans interférences.»

Savoir passer à la prochaine idée

Elle est aussi convaincue que lorsqu’on n’arrive pas à dénouer une impasse, c’est le signe d’explorer une autre idée.

«Probablement que si on prend une nouvelle direction, ça ira mieux : il faut l’accepter et arrêter de se battre!»

Facile à dire pour une artiste indépendante. Or, Cath Laporte, diplômée en design graphique de l’UQAM, sait très bien ce que c’est que de brasser de grosses affaires avec des clients importants. Pendant huit ans, elle a travaillé à l’agence créative Sid Lee à Montréal, Paris, puis Amsterdam.

«À ce moment-là, j’étais dure en affaires!» s’exclame-t-elle.

Puis, elle a quitté l’agence pour ouvrir le café Trust à Amsterdam, où il n’y avait pas de prix sur le menu : les gens donnaient le montant qu’ils voulaient.

«Je gérais des bénévoles qui étaient là avec leur cœur, explique-t-elle. Je ne pouvais pas interagir avec eux comme je l’aurais fait avec des employés. J’ai dû complètement défaire ce que j’avais acquis pour me refaire sur de nouvelles bases. La transition a été vraiment difficile, mais ça a fonctionné.»

Ce qu’elle a retenu de ce projet ? L’importance de baisser les armes. C’est ce qu’elle a décidé d’enseigner dans son atelier à la Factry.

La théorie des pelures d’oignon

Inspirée de différentes lectures, Cath Laporte a créé la théorie des pelures d’oignon.

«Lorsqu’on nait, on est parfait : créatif, sans peur, sans jugement, on saute, raconte Cath Laporte. On est comme le cœur de l’oignon.»

Puis, l’égo arrive et des pelures d’oignon se créent autour du cœur.

«C’est ce qui empêche deux humains de vraiment connecter, ajoute-t-elle. Pour faire évoluer une équipe, il faut que chacun enlève ses pelures qui le tirent vers l’arrière pour retrouver sa vraie essence et travailler dans un but commun.»

Après un passage à La Factry, les entreprises doivent relever le défi d’intégrer et de maintenir l’essence de ce genre d’enseignements dans leur quotidien.

Chez XMedius, on a commencé à organiser des rencontres en marchant à l’extérieur lorsqu’il fait beau. Puis, une salle de réunion a été transformée en espace de créativité avec un mur blanc pour servir de grand tableau.

«Nous avons essayé de créer un lieu moins formel pour les réunions, affirme Stéphane Vidal qui a étudié en finance. Mais, c’est certain que stimuler la créativité au quotidien demeure un défi.»

Le grand obstacle à surpasser pour délier sa créativité, d’après Cath Laporte : la peur.

«Tout le monde a peur du changement, mais il faut la vaincre et oser passer à l’action, affirme-t-elle. Tout le monde doit faire son bout de chemin et il faut commencer par soi-même. C’est ainsi qu’on arrivera à de grandes choses.»

 

3 trucs de Cath Laporte pour éveiller sa créativité

1- S’accorder des moments propices à l’arrivée de nouvelles idées

«Il faut se donner du temps et de l’espace mental où on n’a rien en tête pour que les connexions se réalisent et que des idées arrivent, affirme Cath Laporte. On peut marcher, courir, prendre un moment seul le matin en buvant son café : chacun doit trouver sa façon d’y arriver.»

2- Adopter une attitude ouverte et curieuse

«Les idées peuvent venir de n’importe où. Une pancarte peut nous faire penser à quelque chose qui nous amène ailleurs et finalement, une idée surgit. Il faut être attentif, être présent.»

3- Recommencer à jouer

«Les enfants naissent et jouent, mais arrêtent une fois adultes. Les gens se retrouvent en déficit de jeu, affirme Cath Laporte. Jouer, c’est un état d’esprit. C’est une façon de voir les choses, de prendre tout moins au sérieux, d’interagir avec les gens, de se donner du lousse, de se connecter à son cœur d’enfant et c’est ainsi qu’on retrouvera son énergie créative.»

Édité le 14 août 2017

Sujets reliés