Kim Auclair, blogueuse et fondatrice de Niviti

Kim Auclair, blogueuse et fondatrice de Niviti
Banque Nationale Entreprises, Inspirer Entreprises, Inspirer

Kim Auclair est tombée dans la marmite de l’entrepreneuriat pendant ses études collégiales.

Elle dirige aujourd’hui Niviti, l’entreprise de production et de diffusion de contenu qu’elle a fondée en 2011. Entrevue avec une passionnée des affaires qui a su faire de son handicap auditif une force.

D’où vous vient votre esprit d’entreprise?

Comme je suis sourde de naissance, j’avais de la difficulté à me trouver un emploi dans mon domaine d’études : le graphisme et l’infographie. J’ai donc voulu créer mon propre emploi. Je me suis dit que sur le Web, même si j’entendais mal, je ne serais pas jugée négativement.

Le mentorat a aussi été déterminant dans mon parcours. À l’aide de la plateforme de jumelage Academos, j’ai rencontré des graphistes qui travaillaient dans différents milieux. L’une d’elles avait créé son entreprise et ça m’a inspirée : j’ai su que c’était la carrière qui me convenait. En 2003, à 18 ou 19 ans, j’ai fondé ma première compagnie, Mikimya, qui développait des sites Web. J’ai ensuite lancé MacQuébec, une communauté d’utilisateurs québécois de Mac qui est devenue une coopérative l’an dernier. Et en 2011, j’ai démarré Niviti. Je suis une fille qui aime avoir des projets et se donner des défis!

Présentez-nous Niviti…

Le nom « Niviti » est formé de « ni », qui vient du mot « animation », et de « viti », qui ressemble à la fin du mot « activité ». Parce que les entrepreneurs mettent de la vie, créent de l’activité. « Niviti », c’est mignon et le nom de domaine était disponible, alors je l’ai adopté!

Notre mission est de produire des contenus qui visent à développer les compétences entrepreneuriales. Nos clients sont surtout des entreprises qui veulent des contenus à publier sur leur site Web. Nous offrons aussi un espace de coworking. Ce sont les deux volets de l’entreprise qui génèrent l’essentiel des revenus.

Comment décririez-vous votre style de leadership?

J’ai un leadership rassembleur. Je ne suis pas autoritaire; je réunis les gens. Je veux que tout le monde ait sa place. Et j’aime consulter avant de prendre une décision.

Quelles sont les valeurs qui vous guident en affaires?

La confiance, le respect et l’authenticité sont importants chez Niviti. On choisit nos clients en fonction de ces valeurs. On ne travaille pas avec ceux qui ne les partagent pas.

À votre avis, qu’est-ce qui fait votre succès?

Mon image crédible et cohérente est un élément fort de mon succès. Entrepreneuriat, Web, mentorat : les gens m’associent à ces thèmes. Aujourd’hui, il y a beaucoup de consultants, de coachs, de rédacteurs de contenu, mais moi, je peux appuyer mon propos sur mes réalisations. Je donne l’exemple.
Ma surdité est aussi devenue un avantage. Ça a été un grand défi d’apprendre à m’assumer, mais finalement, être moi-même à 100 % m’a aidée à me distinguer. Je suis aussi particulièrement attentive à ce qui s’écrit sur le Web, parce que c’est ma façon d’écouter! Je suis très bonne pour étudier l’image qu’une compagnie projette en ligne et surveiller ce que les gens écrivent sur mes clients.

Et quelles sont vos faiblesses?

L’image forte associée à mon nom a un mauvais côté : j’ai du mal à déléguer. Embaucher ma première employée a été tout un apprentissage! Plusieurs clients veulent des textes signés Kim Auclair, mais maintenant, c’est Niviti que je voudrais mettre à l’avant-plan.

Avez-vous des conseils pour ceux qui songent à se lancer en affaires?

Je pense vraiment que c’est possible de trouver une façon de vivre de sa passion. Pour y arriver, il faut associer le sujet qu’on aime à une compétence clé qu’on maîtrise. Ensuite, il s’agit de créer un produit qui les combine.
Je conseille aussi aux entrepreneurs de s’entourer d’autres entrepreneurs. Ce sont les meilleures personnes pour nous aider à nous développer et les mieux placées pour nous comprendre!

 

Vous avez un projet en tête?

Bâtissez et optimisez votre idée d’affaires avec l’outil qui guidera vos réflexions entrepreneuriales.

Débutez votre modèle d’affaires dès maintenant.

 

Photo et retouches : Martin Flamand, 2016

À lire aussi:

Édité le 22 décembre 2016