Investissement immobilier: que nous réserve l’avenir?

Investissement immobilier: que nous réserve l’avenir?
Jean Philippe Bernard Habiter, Particuliers Habiter, Particuliers

La montée vertigineuse du prix des maisons au Canada depuis 12 ans est impressionnante. Depuis septembre 2005, l’indice Teranet qui mesure l’évolution moyenne du prix des transactions immobilières résidentielles au Canada a progressé de plus 100 %. Durant cette période, le rendement offert par votre propriété a possiblement mieux fait qu’un portefeuille équilibré composé d’actions et d’obligations. Doit-on conclure que votre maison demeure votre meilleur placement? Rien n’est moins sûr et voyons pourquoi.

Un peu d’histoire

L’économiste Robert Shiller, gagnant d’un prix Nobel en 2013 est une source de référence lorsque vient le temps de faire ce type d’analyse. Ses recherches ont permis de récolter assez d’information pour établir la tendance des prix depuis 1890 à ce jour. Et les résultats sont intéressants. De 1890 à 2010, lorsqu’on compare l’évolution du prix des maisons à l’inflation on constate que la croissance des prix a été insignifiante, à peine plus que l’inflation. Or, sur cette même période, en tenant compte de l’inflation, le calculateur MoneyChimp démontre que le S&P 500 multipliait votre capital par 1577. Voilà un fait bien peu connu que plusieurs oublient lorsqu’ils regardent l’évolution de leur REER vs le prix de leur maison depuis 10 ans. Bien que notre horizon de placement ne soit pas aussi long, il demeure important de se rappeler qu’à long terme (plus de 10 ans), les actions ont en général mieux fait que la plupart des autres classes d’actifs.

Les 15 dernières années

Les bas taux d’intérêts prescrits par les banques centrales depuis près de 15 ans ne sont pas étrangers au phénomène d’exubérance du marché immobilier. Les prix étant inversement corrélés aux taux d’intérêt, la faiblesse des taux qui perdure depuis longtemps fait en sorte que certains marchés immobiliers sont devenus inabordables aujourd’hui. Or, une hausse des taux pourrait venir bousculer avec vigueur cette embellie.

La hausse des taux

Pour la deuxième fois depuis juillet, la Banque du Canada a procédé à une hausse de son taux directeur de 0,25 % portant celui-ci à 1,00 %. Cette hausse fait suite à un raffermissement de l’économie canadienne au cours des derniers mois et la Banque du Canada n’exclut pas la possibilité d’un raffermissement supplémentaire d’ici la fin de l’année si les conditions économiques le justifient.

Un tel scénario, s’il perdure, forcera les banques centrales à adopter des politiques monétaires moins accommodantes. Cela ne passerait pas inaperçu sur les marchés qui s’ajustent rapidement à un nouvel environnement économique. Le prix de certains actifs pourrait alors chuter et l’immobilier ne serait pas épargné.

La composante inflation sera importante à surveiller au cours des prochains mois puisqu’elle demeure une donnée économique essentielle qui va télégraphier les prochains gestes des banques centrales.

Ce que le futur nous réserve

Historiquement, le prix des maisons a évolué à peu près au même rythme que celui de l’inflation. Certaines périodes ont été ponctuées de hausses rapides mais on observe aussi des périodes moroses marquées par la stagnation voir même des baisses. On peut parier que ces phénomènes se reproduiront dans le futur ce qui réserve certainement des jours plus sombres pour les propriétaires de maison au Canada.

À cette étape, il demeure important d’ajuster ses attentes vis-à-vis l’immobilier. Depuis toujours, la bourse a enrichi les investisseurs patients d’une façon beaucoup plus importante que ceux qui ont misé sur leur résidence. Et rien n’indique que cela devrait être le contraire dans le futur.

La Financière Banque Nationale est une filiale en propriété exclusive indirecte de la Banque Nationale du Canada. La Banque Nationale du Canada est une société ouverte inscrite à la cote de la Bourse de Toronto (NA :TSX). Les opinions exprimées ici ne reflètent pas nécessairement celles de la Financière Banque Nationale. Les informations contenues aux présentes proviennent de sources que nous jugeons fiables; toutefois nous n’offrons aucune garantie à l’égard de ces informations et elles pourraient s’avérer incomplètes. Les titres ou les secteurs mentionnés dans cette chronique ne s’adressent pas à tous les types d’investisseurs et ne devraient en aucun cas être considérés comme une recommandation. Veuillez consulter votre conseiller en placement afin de vérifier si ce titre ou secteur vous convient et pour avoir des informations complètes, incluant les principaux facteurs de risques.

Édité le 14 septembre 2017

Sujets reliés