Implantez 3 grandes valeurs dans votre start-up dès maintenant

Implantez 3 grandes valeurs dans votre start-up dès maintenant
Banque Nationale Démarrer, Entreprises Démarrer, Entreprises

Des valeurs, vous en avez. Et mieux vaut les mettre de l’avant dès le lancement de votre start-up pour vous démarquer.

Vous en avez déjà plein les bras avec le démarrage de votre entreprise, mais déjà, vous vous posez de nombreuses questions sur votre mission et sur les valeurs qui vous portent ? Excellent ! Choisir dès le départ trois valeurs fondamentales pour l’entreprise serait en fait une clé du succès !

«Les valeurs sont un élément distinctif des entreprises, que ce soit pour leurs produits, leurs services, leur réputation, ou leur notoriété et c’est un élément crucial pour les start-ups», croit Manaf Bouchentouf, directeur de l’Accélérateur Banque-Nationale – HEC Montréal.

Il pense par exemple à Netflix qui, dès le départ, avait comme valeur fondamentale la confiance en l’équipe de travail. Concrètement, cela se traduit par une grande autonomie des employés, mais une obligation de résultat.

Plus près de chez nous, l’Accélérateur Banque Nationale – HEC Montréal a accompagné ÉAU (Écosystèmes Alimentaires Urbains). L’entreprise développe des fermes aquaponiques verticales pour produire des légumes, des fruits et du poisson toute l’année. L’équipe est portée bien sûr par des valeurs sociales pour produire des aliments sains et locaux. Mais, une autre valeur non négociable est l’inclusion dans ses projets de la communauté, avec ses différentes strates socioéconomiques.

S’entendre entre fondateurs dès le départ

Pour que les valeurs soient un élément qui favorise le succès d’une entreprise et non une source de conflit entre ses fondateurs, les coachs de l’Accélérateur conseillent toujours de se demander rapidement quelles sont les grandes valeurs non négociables qui viendront s’exprimer dans la culture de l’organisation.

«Il faut toutefois se limiter à trois grandes valeurs sur lesquelles l’entreprise ne fera pas de compromis, parce que si on en a trop, on ne pourra pas avancer», précise M. Bouchentouf.

La Pépinière, entreprise fondée en 2014 à qui on doit l’aménagement de nombreux espaces collectifs à Montréal tels que les Jardins Gamelin, le Village au Pied-du-Courant, Les Jardineries et La Petite Floride, a toujours été guidée par des valeurs fortes.

«Il y a la créativité, parce que l’imagination et la spontanéité sont très valorisées chez nous», explique Raphaëlle Bilodeau, directrice générale, La Pépinière.

Puis l’harmonie. «Parce qu’on veut réaliser dans des quartiers des sites où rien n’est forcé, ajoute-t-elle. Enfin, la détermination, parce que nos projets ne sont pas évidents à réaliser et ils représentent des tours de force chaque année.»

La Pépinière, entreprise fondée en 2014 à qui on doit l’aménagement de nombreux espaces collectifs à Montréal

Intégrer ses valeurs dans les opérations

Une fois qu’on a bien ciblé ses valeurs prioritaires, il faut les crier haut et fort.

«Dans l’entreprise, mais aussi, à l’externe, affirme Manaf Bouchentouf. Une start-up portée par des valeurs fortes, c’est toujours intéressant pour la clientèle, mais aussi, pour des partenaires et même, pour des investisseurs. Particulièrement pour les anges financiers qui sont souvent eux-mêmes des entrepreneurs qui aiment voir des valeurs fortes chez les jeunes.»

Ensuite, il faut passer de la parole aux actes.

«C’est important que les valeurs se traduisent par des décisions concrètes, même si parfois, ce ne sont pas nécessairement les plus rentables à court terme, affirme Manaf Bouchentouf. Il faut aussi idéalement les intégrer dans les modes d’évaluation des employés et dans le système de rémunération pour s’assurer que les gens les mettent en pratique.»

Croître sans se dénaturer

Au fur et à mesure que l’entreprise grandit, il y a de bonnes chances toutefois que la solidité de ses valeurs soit mise à l’épreuve. C’est arrivé chez La Pépinière qui a connu une croissance fulgurante passant d’une équipe de cinq en 2015 à environ 40 maintenant.

«L’an dernier, nous avons eu beaucoup de questionnements, parce que des gens saisissaient mal qui nous étions et nous-mêmes, nous ne nous connaissions pas très bien, affirme Raphaëlle Bilodeau. On se retrouvait dans des dilemmes à savoir si on embarquait ou pas dans des projets.»

L’équipe s’est donc réunie l’hiver dernier quelques jours dans un chalet pendant la période tranquille pour réaliser une veille stratégique. L’objectif était de faire le bilan, réfléchir et se repositionner. Des coachs étaient aussi présents pour les aider  à cheminer.

«Ce fut vraiment bénéfique, affirme Raphaëlle Bilodeau. Cette année, nous sommes beaucoup plus affirmés et toute l’équipe va dans la même direction. Si on se fait contacter pour un projet qui ne tombe pas dans notre mission, on le dit à ces gens et on leur suggère de nous revenir s’ils sont prêts à modifier le projet, par exemple pour le rendre plus inclusif.»

Les valeurs peuvent créer de la pression dans l’entreprise, constate Manaf Bouchentouf.

«À certains moments, il faut travailler fort pour maintenir ses principes lorsqu’on a des occasions d’affaires intéressantes pas tout à fait liées à ses valeurs, affirme-t-il. Mais, avec de la créativité et de l’innovation, les entrepreneurs peuvent souvent arriver à trouver une façon d’aligner leurs valeurs avec leurs occasions d’affaires.»

Pour La Pépinière, rester fidèle à ses valeurs s’est avéré un gage de succès. L’entreprise ne manque pas de projets avec ses nombreuses initiatives en cours à Montréal cet été et l’ajout notamment de La Place du Marché, dans le Sud-Ouest. D’autant plus que celle-ci réalise un projet à Québec, à la Marina Saint-Roch.

Mais, les efforts de l’équipe se poursuivent pour aller encore plus loin dans la réflexion. Et c’est souhaitable.

«Une fois que l’entreprise a démarré sur des valeurs fortes, non négociables, elle doit par la suite se demander ce à quoi elle aspire pour le long terme, affirme Manaf Bouchentouf. Où sera votre entreprise dans 20 ans ? Il faut, comme entrepreneur, toujours continuer à se remettre en question.»

Édité le 14 août 2017