Petit guide d’étiquette pour jouer en ligne sans être désagréable

Petit guide d’étiquette pour jouer en ligne sans être désagréable
Banque Nationale Particuliers, Vivre Particuliers, Vivre

On le sait, l’anonymat sur Internet mène parfois à des dérapages. Et l’univers du jeu en ligne n’y échappe pas. Souvent, il suffit d’un coéquipier ou d’un adversaire déplacé pour ruiner le jeu pour tout le monde. Voici quelques conseils pour t’éviter de passer dans le côté sombre du gaming.

1. Ne triche pas

Tricher, cheater, hacker, c’est le péché cardinal du gaming. Même si ça peut être tentant d’utiliser un hack qui te permet de viser avec plus de précision ou d’amasser beaucoup d’argent rapidement, résiste. Devant un tricheur, tout le monde se retrouve perdant. Sans compter qu’en trichant, tu cours le risque de te faire exiler de la communauté ou de te faire révoquer ton droit de jouer sur les serveurs officiels du jeu. Si jamais tu te retrouves face à un tricheur, tu as deux choix : migrer ailleurs, ou le dénoncer et espérer qu’un administrateur apparaisse, tel un ange rédempteur, pour le bannir sans appel.

2. Soit patient avec les newbies

Jouer avec un débutant, c’est toujours un test de patience. Il pose des questions que tu as déjà entendues cinquante fois (« comment je fais pour sauter ? », ce à quoi tu peux répondre RTFM); il te fait perdre le match; il prend teeeeeellement de temps à comprendre les contrôles… Dans ces moments-là, c’est important de te rappeler que ces personnes sont en général bien intentionnées et n’ont besoin que de quelques conseils pour sortir de la newb-zone. N’oublie pas que toi aussi – peut-être à une époque lointaine –, tu as été comme eux. Traite-les comme tu aurais voulu qu’on te traite.

3. Surveille ton langage

Le tiraillage verbal avant (ou après) un match peut souvent aider à se mettre dans l’ambiance. Pense à Arthur qui se fait crinquer par son maître d’armes dans la série Kaamelott. C’est néanmoins aussi très facile de s’emporter et de lâcher des insultes qu’il vaut mieux ne pas répéter ici. Ces termes sont offensants, peuvent ruiner l’expérience des autres joueurs et sont tout simplement à bannir. Si tu tiens absolument à exprimer une frustration, tu peux toujours prendre exemple sur le Capitaine Haddock. Se faire traiter d’ornithorynque, ou de moule à gaufres, ça fait moins mal…

4. Attention au volume

Ce conseil s’applique autant en ligne que dans la vraie vie. La dernière chose que ton ou ta coloc souhaite entendre passé minuit, c’est tes beuglements dans ton micro tel un fan d’hockey après un but en prolongation. Sois aussi prudent avec son micro sur les serveurs publics. On a tous déjà entendu des rires gras d’inconnus résonner dans nos oreilles. Si tu te reconnais dans cette description : de grââââce, surveille ton volume.

5. Ne fais pas ton show off

Quand t’es fier – de ton char monté, mettons, ou de ton nouveau-né – ça peut être dur de ne pas te vanter. Ce réflexe existe aussi chez les gamers : sur un forum ou dans un LAN party, les joueurs qui fanfaronnent avec leur machine bling-bling est très — trop — courant. Parce qu’au fond, un ordinateur plein de lumières colorées et muni d’une carte graphique grosse comme une brique en dit peut-être long sur la taille du portefeuille qui l’a acheté, mais il ne révèle rien sur la qualité du gamer qui le manie.

6. Ne nourris pas les trolls

C’est un des plus vieux adages d’Internet: don’t feed the trolls. Réagir et donner de l’attention à un troll, c’est tomber dans son petit jeu et lui donner ce qu’il cherche (lire : foutre le bordel). Si quelqu’un s’amuse, à coup d’insultes, à te mettre en beau fusil, surtout, ne réagis pas. Ignorer un troll, c’est la meilleure façon de s’en débarrasser, même si ça paraît contre-intuitif. Si ses provocations restent sans réactions, le troll finira éventuellement par aller chasser de nouvelles proies ailleurs.

7.Aie du fun

On est tous en ligne pour se divertir, ne l’oublions pas. Un simple GLHF (good luck, have fun) en début de match et un petit GG (good game) après une défaite, ça fait toute la différence.

Édité le 10 novembre 2017