Deux qualités essentielles pour réussir en affaires

Deux qualités essentielles pour réussir en affaires
Banque Nationale Démarrer, Entreprises Démarrer, Entreprises

Oeuvrant dans le domaine de la haute technologie et de l’innovation, Mme Isabelle Bettez présidente et chef de la direction de 8D Technologies, nous entretient sur deux traits que les entrepreneurs ont tout intérêt à développer.

Ses quelque 20 dernières années professionnelles ont su apporter leur lot de connaissances à la présidente et chef de la direction de 8D Technologies. Notamment, Mme Bettez identifie deux qualités entrepreneuriales qui lui ont permis de faire une différence, autant dans sa vie personnelle que professionnelle. Mais, quelles sont-elles?

L’intuition: l’intelligence qui commet un excès de vitesse

« En affaires, l’intuition est essentielle. Quelle est la dernière fois où vous avez pris une décision en ayant toutes les informations? Quand on est en mode innovation et nouveauté (techno ou pas), la réponse est: jamais » de dire Mme Bettez. Comment faire alors pour prendre de bonnes décisions ? Mme Bettez fait l’éloge de l’intuition, bloquée par plusieurs entrepreneurs, surtout masculins, qui l’associent à de la superstition. On sait plein de choses qu’on ne sait pas qu’on sait. L’intuition précède la réflexion. Quelquefois, rationnellement et sur papier, une décision a du sens. Notre entourage insiste pour qu’on prenne cette direction parce qu’elle semble logique. Mais quelque chose nous retient. On hésite à franchir le pas. C’est ça, l’intuition. Plus on l’utilise, meilleure elle est.

Comment s’entraîner ?

Mme Bettez donne un très bon conseil aux entrepreneurs-athlètes : « Quand je suis à une croisée des chemins et que j’hésite entre deux choix, je fais un jeu de rôles. Je vis les deux possibilités à fond, comme si un film s’écrivait dans ma tête et, en quelques secondes, je sais quelle est la meilleure décision pour moi et pour mon
entreprise. » Vous êtes sceptique ? Essayez.  La première règle pour développer votre muscle intuitif est de l’écouter.

On se fait tous du cinéma…

On a toujours le choix du scénario qu’on voit dans sa tête. Mme Bettez propose de faire de la visualisation détaillée et ultra positive des événements à venir. Que ce soit la signature d’un contrat, une discussion avec un banquier ou un défi sportif, l’important, c’est de se voir réussir. « Je profite des moments en voiture pour me partir un film dans ma tête. Je me «booste» moi-même grâce à ce cinéma. Quand j’arrive dans la situation réelle, je suis positive et en confiance » explique Mme Bettez. Attention. L’inverse est aussi vrai. Quand on voit tous les scénarios catastrophes possibles, on aligne sa pensée vers la défaite. Un peu comme lorsqu’on conduit une voiture et qu’on regarde un obstacle sur la route, on se dirige immanquablement et sans le vouloir vers lui. Se faire du « feel good movie » est donc une belle façon d’orienter ses pensées vers la réussite plutôt que l’échec.

par Geneviève Fortin, dans le cadre de l’École d’Entrepreneurship de Beauce.

À lire aussi:

Édité le 3 novembre 2017

Sujets reliés