Un cours d’histoire des affaires qui fait du chemin…

Un cours d’histoire des affaires qui fait du chemin…
Banque Nationale Entreprises, Inspirer Entreprises, Inspirer
Photo: courtoisie de Brian King

En 2015, Brian King a développé avec sa collègue Anne Pezet un cours pour HEC Montréal qui marie l’histoire des affaires, le développement économique, les découvertes géographiques et… le vélo.

« Ni Anne ni moi ne faisions beaucoup de vélo, confie Brian King, professeur adjoint au Département d’entrepreneuriat et innovation à HEC Montréal et collaborateur au sein de l’Institut d’entrepreneuriat Banque Nationale HEC Montréal, mais ce n’était pas le vélo qui était notre objectif. Nous voulions trouver un moyen de donner une autre dimension à l’histoire des affaires. Connaître en profondeur le passé des entreprises permet de mieux créer celles de demain. » En faisant vivre une expérience unique et des rencontres marquantes, Anne Pezet, professeure titulaire au Département de management, et lui ont ainsi inventé une nouvelle manière d’enseigner aux futurs entrepreneurs.

Le cours intensif intitulé « Tour du Québec : histoire et développement » est aussi un tour physique qui entraîne les étudiants en vélo sur les routes de la province, à la rencontre des entreprises et de l’histoire de l’économie locale.

« Quoi de mieux que de pouvoir aller sur le terrain ? explique Brian King. Les étudiants ont l’occasion de visiter des lieux qui ont marqué le développement économique des régions, et ils en profitent pour voir des entrepreneurs sur le terrain, dans leur milieu de travail, au cœur de l’action. »

Voir le Québec inc.

Le cours de trois jours intensifs à Montréal se poursuit par neuf jours sur les routes du Québec (en 2015, les étudiants ont arpenté les routes de Beauce ; en 2016, celles du Saguenay). Il comprend des visites de sites historiques, des visites d’entreprises ainsi que des rencontres avec des entrepreneurs, des travailleurs et des gestionnaires.

Pour Brian King, qui voulait sortir ses étudiants de leur zone de confort pour les amener plus loin dans leur réflexion, ce cours est une petite entreprise en soi : les efforts de chacun mènent vers un but commun. « On souffre ensemble. On fait des efforts ensemble. On arrive ensemble », résume le professeur.

« Le trajet en vélo est bien plus qu’un moment sportif, ajoute-t-il, c’est une période où on a le temps de réfléchir. » En vélo, il n’est pas question de dormir ou de texter. Les étudiants sont concentrés sur l’effort et sur la route. Ils ont dès lors tout le temps de réfléchir à ce qu’ils ont appris, au moment qu’ils viennent de vivre en visitant une entreprise, aux rencontres qu’ils ont faites…

Une première au monde

« Il n’y avait pas de cours d’histoire de l’entreprise aux HEC, explique M. King. Ce n’était pas dans la tradition. Pourtant, l’histoire est partout. Elle nous permet d’en apprendre beaucoup sur ce que nous sommes et sur ce que nous pouvons devenir. On a eu l’idée de faire quelque chose d’expérientiel pour permettre aux futurs entrepreneurs de plonger au cœur même de la vie des entreprises et de l’histoire du Québec. » L’aspect historique de ce cours qui sort de l’ordinaire fonctionne d’ailleurs très bien. « On découvre la province à un rythme très différent d’un cours traditionnel en classe. On suit les anciennes voies ferrées, on prend des petites routes, on traverse des villes autrefois industrielles ou minières, on s’arrête dans des villages bâtis autour d’une activité économique, on comprend mieux pourquoi et comment les entreprises se sont développées en fonction des ressources, de l’histoire, de la géographie. »

Enseignant depuis quelques années, Brian King a appris autant que ses étudiants. « C’était un défi à préparer et à organiser, dit-il. Il a fallu trouver une place à ce cours différent des autres. Nous avons bousculé certaines habitudes. »

Le jeu en a valu la chandelle. HEC Montréal a été récompensée par l’Association to Advance Collegiate Schools of Business pour la créativité et l’innovation de ce cours. Et les étudiants ont enrichi leurs connaissances d’une expérience unique. « Ce qui les a sans doute le plus marqué, c’est que ce n’étaient pas des professeurs qui donnaient le cours, mais des entrepreneurs, des travailleurs, des gens sur le terrain. Ils ont de plus été frappés par la passion des gens pour les affaires à travers les régions. »

Quoi de plus convaincant, en effet, que de rencontrer des gens qui ont lancé leur propre entreprise et d’aller les rencontrer sur place ? « Il faut faire preuve de beaucoup de passion et de ténacité pour que ces entreprises réussissent, résume le professeur. C’est une véritable leçon de vie que les étudiants ont reçue… »

Brian King agit à titre de collaborateur au sein de l’Institut d’entrepreneuriat Banque Nationale HEC Montréal (IEBN). La mission de l’IEBN est de favoriser et de soutenir la création et la reprise d’entreprises.

À lire aussi:

Édité le 22 décembre 2016

Sujets reliés