Cotiser à son REER pour payer moins d’impôt : 4 cas concrets

Cotiser à son REER pour payer moins d’impôt : 4 cas concrets
Banque Nationale Particuliers, Planifier Particuliers, Planifier

Le régime d’épargne-retraite (REER) a 60 ans… mais il n’est certainement pas près de prendre sa retraite! Depuis son introduction au Canada en 1957, il en a fait du chemin. Selon les plus récentes données de Statistique Canada, près de 6 millions de Canadiens ont cotisé à un REER en 2014, y déposant pas moins de 38 milliards de dollars (soit une moyenne d’environ 6 500 $ par cotisant ).

La raison de cette popularité est simple: peu importe son âge, cotiser à un REER est une des meilleures stratégies pour payer moins d’impôt… et garder plus d’argent pour soi!

En gros, les sommes investies dans un REER permettent de réduire son revenu imposable pour l’année où l’on fait la cotisation. On aura de l’impôt à payer sur ces sommes uniquement au moment du retrait.

Or, comme au Canada le taux d’imposition est progressif (des revenus plus élevés sont plus imposés), cotiser à un REER est un bon moyen de réduire son revenu imposable pendant sa vie active (taux d’imposition plus élevé, parce que revenus plus élevés) et payer de l’impôt seulement au moment de retirer ces sommes, bien plus tard, généralement à la retraite (taux d’imposition moins élevé, parce que revenus moins élevés).

En deux mots: avec le REER, payez moins d’impôt aujourd’hui… et payez-en moins plus tard!

Combien peut-on cotiser à son REER?

Chaque année, vous avez droit de cotiser jusqu’à 18 % de votre revenu au titre de REER, jusqu’à concurrence de 26 010 $ pour 2017.

Si vous n’avez pas utilisé tous vos droits de cotisation, ils s’accumulent. Vous pourriez donc pouvoir réduire votre revenu imposable de plus de 26 010 $ et profiter d’économies d’impôt encore plus substantielles. Avec de tels avantages fiscaux, il est même parfois souhaitable d’emprunter pour maximiser sa cotisation REER, grâce à un prêt REER.

Jusqu’à quand peut-on cotiser à son REER?

Vous pouvez cotiser à un REER toute l’année, ou dans les 60 premiers jours de l’année en cours afin que la cotisation soit admissible pour l’année fiscale précédente. Pour 2017, la date limite pour cotiser à son REER est le 1er mars 2018.

Payer moins d’impôt grâce au REER, mais à quel point? Voici quatre cas concrets!

Infographie Impôts REER

Si, pour vous, la retraite semble bien loin, n’oubliez pas que le REER peut aussi vous permettre d’acheter le plus gros actif que vous posséderez dans votre vie: une maison.  En effet, le régime d’accession à la propriété (RAP) vous permet de puiser jusqu’à 25 000$ de votre REER, et ce, sans pénalités fiscales. Vous préférez retourner aux études? Avec le régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP), vous pourriez retirer de votre REER jusqu’à un maximum de 20 000$ pour financer votre nouveau diplôme!

Pour d’autres astuces et conseils pour mieux gérer vos finances personnelles, inscrivez-vous à l’infolettre Banque Nationale

Édité le 27 novembre 2017

Sujets reliés