Cinq erreurs fréquentes des investisseurs

Cinq erreurs fréquentes des investisseurs
Banque Nationale Investir, Particuliers Investir, Particuliers

Lorsqu’on analyse les comportements des investisseurs, qu’ils soient novices ou expérimentés, force est de constater qu’ils ont tendance à commettre systématiquement les mêmes erreurs. En voici cinq fréquemment rencontrées et quelques conseils pour les éviter.

Certains comportements en matière de placement sont récurrents chez les investisseurs. Les mêmes erreurs semblent se reproduire, et ce, même si des pertes en découlent. Pour ne pas tomber dans ces pièges, lisez ce qui suit !

Croire que le marché boursier va bâtir sa retraite

Beaucoup d’investisseurs attendent qu’une sorte de miracle se produise en plaçant leurs avoirs en Bourse. Ils espèrent un rendement important, suffisant pour leur assurer une retraite confortable et éventuellement, pour combler le retard qu’ils ont pris dans leur planification.

Conseil : « Les gens ne comprennent pas que ce n’est pas le marché qui va bâtir leur retraite, mais plutôt leurs bonnes habitudes financières. Même si l’on touche un bon salaire, il faut contrôler ses dépenses et épargner. On doit commencer tôt, et saisir que même de petites sommes, placées sur de longues périodes, produiront un bon montant au moment de la retraite », souligne Annamaria Testani, vice-présidente Ventes nationales chez Banque Nationale Investissements, qui recommande donc d’économiser, au lieu d’espérer de faramineux rendements en Bourse.

Laisser trop de place aux émotions

Les émotions sont à la source de nombreuses décisions irrationnelles de la part des investisseurs. En fait, la plupart d’entre eux éprouvent des difficultés à gérer les aspects psychologiques reliés à la gestion de leurs placements.

La finance comportementale et la psychologie de l’investisseur ont ainsi révélé que l’émotion suscitée par la perspective d’une perte est bien supérieure à l’idée d’obtenir un gain. Par exemple, une personne préférera habituellement faire un gain de 50 $ plutôt que de gagner 100 $ et d’en perdre 50 $, ce qui génère pourtant un bénéfice équivalent. Concrètement, cela peut signifier qu’un investisseur conservera beaucoup trop longtemps des titres qui ont perdu leur valeur, au lieu de limiter les dégâts et de les vendre au plus vite. Pourquoi cette réaction illogique ? Tout simplement pour ne pas éprouver la frustration générée par l’idée de perdre.

Ces décisions irrationnelles sont connues depuis la fin des années 1970 grâce au travail de deux psychologues, Daniel Kahneman et Amos Tversky, qui ont développé la théorie des perspectives (prospect theory). Selon celle-ci, les individus acceptent mal la contrariété provoquée par une perte financière en Bourse, et sont prêts à prendre des risques plus élevés et irraisonnés pour éviter celle-ci.

Conseil : Annamaria Testani rappelle que les émotions sont souvent causées par une analyse peu rationnelle des faits. « Par exemple, si l’on considère le marché boursier canadien des 10 dernières années, on constate qu’il est relativement stable, mais qu’il peut malgré tout afficher des corrections. C’est souvent à ce moment-là que les investisseurs ont ce type de réaction », dit-elle. Par conséquent, la meilleure chose à faire pour ne pas laisser libre cours à ses émotions, c’est de modifier son approche. Apprenez à reconnaître et à repérer les cas de figure (correction du marché, chute de la valeur d’un titre, prise de risque démesuré pour éviter le sentiment de perte, etc.) où vous adoptez un comportement irrationnel afin de désamorcer les situations.

Investir à tort et à travers sans avoir de stratégie

De nombreux investisseurs font l’erreur d’effectuer des placements de façon un peu désordonnée, sans établir de stratégie préalable. Le choix des titres repose alors sur un phénomène de mode passagère (c’est le produit de placement qu’il faut détenir cette année !), sur des conseils donnés par des personnes qui n’ont pas les connaissances nécessaires (parents ou amis), ou sur sa propre intuition… Dans ces conditions, les résultats seront extrêmement hasardeux et les rendements aléatoires.

Conseil : Pour accroître ses chances de succès et choisir ses placements de façon stratégique, il est essentiel d’établir un plan de match avec un conseiller ou un planificateur financier. Notre experte compare ce plan à un bilan de notre situation, qui ultimement, aidera à prendre les bonnes décisions. Il doit tenir compte de notre horizon de placement, des raisons pour lesquelles on investit et du but poursuivi, du capital attendu avec ces investissements, de notre profil en matière de tolérance au risque, etc. Et bien sûr, un bon plan de match devrait être révisé régulièrement pour s’assurer qu’il tient encore la route et qu’il est toujours adapté à nos besoins.

Penser que l’on va battre le marché

On ne peut pas remporter la mise à chaque fois, et tôt ou tard, certains de nos placements entraîneront des pertes, et ce, même si les projections nous semblaient solides. Cette vérité toute simple semble pourtant bien difficile à accepter pour les investisseurs, en particulier ceux qui ont cumulé un peu d’expérience. Plusieurs entretiennent en effet l’illusion qu’ils sont infaillibles, ou presque !

Conseil : Ne vous croyez pas au-dessus de la mêlée et des statistiques en faisant preuve de trop d’optimisme. Demeurez réaliste et dotez-vous d’une discipline sans faille et d’une bonne dose d’humilité. N’hésitez pas non plus à recourir aux services d’experts dans le domaine pour maximiser vos investissements et vous munir d’une bonne stratégie. Même les plus grands investisseurs de ce monde ont eu des mentors, par exemple Warren Buffett avec Benjamin Graham.

Trop s’éparpiller ou ne pas se diversifier suffisamment

En matière d’investissement, trop c’est comme pas assez… Ainsi, certains ont tendance à « saupoudrer » leurs placements, pensant réduire les risques, mais se privant ainsi de l’effet de levier que pourrait leur procurer une stratégie plus globale. Placer ses avoirs dans trop de fonds ou avec plusieurs institutions financières peut être contre-productif, et vous empêcher d’avoir une vue d’ensemble de votre portefeuille.

Inversement, ne pas diversifier suffisamment ses placements pourrait vous cantonner à un secteur ou à des produits, et vous mettre à la merci de titres qui plombent votre portefeuille.

Conseil : Ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier, mais ne placez pas non plus trop d’œufs dans de trop nombreux paniers… Déterminez avec l’aide de votre conseiller une ligne de conduite afin de pondérer les risques, tout en misant sur une stratégie à long terme.

Avec tous ces bons conseils en main, un investisseur averti en vaut deux !

Édité le 11 juillet 2017

Sujets reliés