Comment choisir le prix d’exercice d’une option?

Comment choisir le prix d’exercice d’une option?
Richard Ho Investir, Particuliers Investir, Particuliers

Richard Ho, Directeur principal – Produits dérivés sur actions à la Bourse de Montréal, nous éclaire sur la question que se posent de nombreux investisseurs autonomes.

Lors d’une conversation récente avec un ami, nous avons abordé le sujet des marchés et celui-ci m’a posé la question suivante : « Comment sais-tu quel prix d’exercice choisir ? » C’était une question légitime. En fait, bon nombre des investisseurs que je rencontre me posent la même question : comment choisit-on un prix d’exercice? Je lui ai donc répondu par une autre question : comment te sers-tu de ton GPS ? Il m’a dit d’arrêter de plaisanter, mais j’étais sérieux. Le choix du prix d’exercice d’une option est comparable à l’utilisation d’un GPS : il faut savoir où l’on va. Si vous ignorez la destination souhaitée, il ne sert à rien d’avoir un GPS ou de négocier des options. Je vais maintenant vous faire part de ce que je lui ai expliqué ce jour-là au sujet du prix d’exercice des options et des GPS.

Pour simplifier, je vais m’en tenir à une option d’achat. Si vous ne connaissez pas bien les options, sachez qu’une option d’achat confère à son détenteur le droit (mais pas l’obligation) d’acheter le titre sous-jacent à un prix déterminé (appelé « prix d’exercice »). Cette option d’achat donne à son détenteur le droit d’acheter le titre à n’importe quel moment jusqu’à la date d’échéance.

Lorsque vous allumez un GPS, vous devez choisir votre destination pour qu’il vous indique le meilleur chemin à prendre. C’est aussi vrai dans le cas des options (d’achat et de vente) : vous devez avoir un prix cible prévu. Le prix cible prévu correspond au cours que vous prévoyez qu’une action atteindra dans le futur. Si vous ne connaissez pas suffisamment bien les prix cibles, vous pouvez les retrouver dans les rapports des analystes ou les obtenir au moyen des outils d’analyse technique offerts par votre courtier en ligne.
Prenons un exemple réel et examinons le parcours de l’action de Teck Resources Limited (TECK.B). Le graphique en chandeliers figurant ci-après montre quelques occasions (entre décembre 2016 et avril 2017) où le cours de l’action a grimpé dans la fourchette de 30 $ à 35 $, puis est redescendu.

À la clôture des marchés le 21 juin 2017, le cours s’établissait à 20,37 $. Si nous avions fait l’hypothèse qu’il remonterait à 30 $, nous aurions pu prendre une position en conséquence et acheter une option d’achat (échéant le 18 août 2017).

Comment choisir le prix d’exercice d’une option?

Le prix cible prévu de 30 $ correspond à la destination finale que l’on saisit dans un GPS. Atteindrons-nous l’objectif ? C’est une autre question. Tant que nous avons un prix cible prévu, nous pouvons remonter à la source pour trouver le prix d’exercice optimal qui nous procurera le meilleur rendement.

 

Prix cible prévu : 30 $

Formule de calcul du rendement :

(Prix cible prévu – Prix d’exercice – Prix payé pour l’option d’achat)
Prix payé pour l’option d’achat

Il suffit d’appliquer la formule de calcul du rendement à tous les prix d’exercice des options d’achat échéant le 18 août 2017. Le prix d’exercice qui permet d’obtenir le meilleur rendement espéré (27 $ dans ce cas-ci) est celui à utiliser pour cette opération.

Comment choisir le prix d’exercice d’une option?

À l’échéance des options (le 18 août 2017), le cours de l’action de Teck Resources Limited était remonté à 29,34 $. L’investisseur qui aurait payé 0,14 $ pour acheter une option d’achat au prix d’exercice de 27 $ aurait réalisé un rendement de 1 571 %. Si toutefois le cours de l’action n’avait pas augmenté tel qu’anticipé, la perte maximale aurait été de 0,14 $ par option d’achat (soit 14 $ par contrat d’option).

Maintenant que vous en savez un peu plus sur le choix du prix d’exercice d’une option, que les meilleures opérations soient avec vous!

 

Banque Nationale Courtage direct («BNCD») est une division de et une marque de commerce utilisée par Financière Banque Nationale inc. («FBN») pour ses services d’opérations sans conseils. Elle ne donne aucun conseil et ne formule aucune recommandation en matière de placement. Le client est seul responsable des conséquences financières et fiscales de ses décisions de placement. Membre du Fonds canadien de protection des épargnants.

Édité le 13 avril 2018

Sujets reliés