Centech: un levier pour les entrepreneurs en technologie

Centech: un levier pour les entrepreneurs en technologie
Banque Nationale Démarrer, Entreprises Démarrer, Entreprises

Le Centech est voué au développement et au lancement de nouvelles entreprises technologiques.

Son directeur Richard Chénier nous explique comment ce centre d’entrepreneuriat lié à l’École de technologie supérieure (ÉTS) accomplit sa mission.

Quelle est la mission du Centech?

C’est une mission d’accélération et de propulsion d’entreprises technologiques. Notre action va bien au-delà de l’incubation : on transforme un « technopreneur » en entrepreneur. Un technopreneur est quelqu’un qui a développé une solution technologique répondant à des besoins du marché, mais dont le profil est davantage axé sur les aspects technologiques que sur l’aspect « affaires » de son projet. Notre travail est de l’amener à devenir un véritable entrepreneur pour que son projet devienne un succès commercial.

Comment accomplissez-vous cette transformation?

Nous développons avec eux toutes les dimensions d’une entreprise saine et viable, qu’il s’agisse du marketing, des ventes, des structures corporatives, du modèle de revenus, des finances, etc.

Quels sont les programmes offerts?

Nous avons le programme Accélération, qui dure 12 semaines et qui sert à valider plusieurs éléments du projet d’entreprise : la force de l’équipe et la traction du produit sur le marché, entre autres. À la onzième semaine, les entrepreneurs présentent leur produit devant des investisseurs d’Anges Québec et à la douzième, ils font leur présentation finale dans le but d’être sélectionnés pour le programme Propulsion.

Le programme Propulsion encadre le véritable lancement de l’entreprise. Les entrepreneurs choisis sont accompagnés pendant deux ans, avec tout ce qu’il faut apprendre pour démarrer une entreprise : convention d’actionnaires, structure comptable, incorporation, enregistrement de marque de commerce, financement, stratégie de vente, de production, de distribution, etc.

À qui s’adressent vos programmes?

Ils sont ouverts à tous les entrepreneurs technologiques, peu importe leur provenance. Ce n’est pas réservé aux étudiants de l’ÉTS ni aux étudiants en génie. Nous avons des candidats de différentes universités et de plusieurs disciplines.

Quelles ressources et quel encadrement leur offrez-vous?

Nous avons deux entrepreneurs technologiques en résidence, des gens qui ont déjà lancé plus d’une entreprise et qui sont en mesure de partager leur expérience avec les entrepreneurs en devenir. Nous avons aussi des partenariats avec une firme d’avocats, une firme comptable, une firme de marketing et d’autres experts capables de les aider à concrétiser leurs projets.

Quels éléments vous distinguent d’autres organismes semblables au vôtre?

Nous avons trois particularités. La première est que nous travaillons avec des projets de technologie dite « dure » (hard tech), soit la fabrication d’objets, ou de technologie dite « profonde » (deep tech), c’est-à-dire très avancée. On a toutes sortes de projets qui sont plus poussés que la moyenne : robotique, drones et électrification des transports, entre autres.

Le deuxième élément distinctif, c’est que les laboratoires et les équipements de l’ÉTS sont mis à la disposition de nos entrepreneurs. Nos start-up ont donc accès à des équipements qui valent parfois plus d’un million de dollars et peuvent s’en servir pour développer leurs projets, ce qui n’est pas possible partout ailleurs. C’est un gros avantage!

La troisième particularité est que nous travaillons avec des entreprises dans le but qu’elles soient viables et génèrent des emplois et de l’activité économique. Ceux qui se retrouvent chez nous ont déjà une bonne idée de ce qu’ils veulent faire.

Avez-vous des exemples d’entreprises qui ont réussi après leur passage à Centech?

Il y en a plusieurs, entre autres Mecademic (robots industriels miniaturisés), Kinova (bras robotisé pour personnes à mobilité réduite) et CVT Corp (transmissions à haute efficacité énergétique).

 

Découvrez comment le Centech a aidé l’entreprise JOII.

À lire aussi:

Édité le 22 décembre 2016

Sujets reliés