Ce que les employeurs cherchent vraiment

Ce que les employeurs cherchent vraiment
Banque Nationale Particuliers, Travailler Particuliers, Travailler

Un récent sondage d’Express Employment Professionals, une agence internationale de placement, révèle ce que les employeurs cherchent réellement en termes de compétences générales (soft skills) et de compétences spécialisées (hard skills). Les résultats sont surprenants !

En matière de compétences générales, le sondage relève que la compétence la plus importante pour les employeurs est, à 72 %, la fiabilité. « Après tout, si un employeur ne peut pas se fier sur vous, rien d’autre n’importe », souligne Robert A. Funk, PDG d’Express. La motivation vient en deuxième place avec 48 % des votes, suivie de près par l’aptitude à communiquer à 44 % et par le travail d’équipe à 39 %. « Ce sondage ne me surprend pas beaucoup, parce que c’est exactement ce que je cherche », indique Blaise Guillotte, qui est en pleine période de recrutement pour l’Éco-quartier de Montréal-Nord.

L’expérience, oui, mais…

Pour ce qui est des compétences spécialisées (hard skills), l’expérience remporte la palme avec 95 % des votes des employeurs. Rien d’étonnant, selon Blaise Guillotte, qui souligne que l’expérience est la clé dans l’obtention d’un emploi dans les domaines spécialisés. « Mais je ne fais pas un gros cas de l’expérience, ajoute-t-il. Ce qui m’importe avant tout, c’est: Est-ce que la personne est fiable ? Autonome ? Travaillante ? Est-elle le genre de personne qui, même si elle n’a pas beaucoup d’expérience, fera tout ce qu’il faut pour apprendre, pour s’améliorer, se développer et s’épanouir dans l’entreprise ? »
On peut ainsi comprendre que l’expérience est un atout intéressant pour un employeur, mais que la motivation et la capacité d’apprentissage sont encore plus importantes.
Les habiletés techniques et la formation de l’employé sont les deux autres compétences spécialisées recherchées et visées par le sondage. « Il y a en qui disent « je veux pas perdre mon temps à former quelqu’un ». Je comprends l’argument, mais je ne le vois pas comme ça. Je n’ai aucun problème à prendre plus de temps à former quelqu’un si je sais que cette personne-là va donner beaucoup au final et restera avec nous longtemps », souligne Blaise Guillotte.

On remarque que la formation ne se retrouve pas dans les compétences les plus recherchées.

« Cela ne veut pas dire que l’éducation n’a pas d’importance, mais c’est plutôt un rappel qu’il est important de lier ses connaissances avec les compétences du monde réel et des besoins spécifiques de l’employeur », explique Robert A. Funk.

La ponctualité et la loyauté sont aussi des atouts intéressants à posséder et à faire valoir lors des entrevues d’embauche. Blaise Guilotte suggère aussi une autre qualité souvent oubliée pour éjecter la concurrence et ressortir du lot. « L’autre question très importante que je me pose, c’est à savoir si j’aurai du plaisir à travailler avec cette personne-là, dit-il. On passe une grande partie de notre vie au boulot, donc j’ai envie d’avoir du plaisir et que ce soit agréable. Pas de devoir jouer au papa ou d’avoir quelqu’un de désagréable devant moi. »
Le jour de l’entrevue, assurez-vous d’arriver préparé, à l’heure, et de mettre l’accent sur des expériences où vous avez fait preuve d’initiative, pour aider un collègue par exemple.

« Bref, pour moi, le CV, c’est 20 à 30 % de l’analyse (a-t-il de l’expérience, travaillé dans des domaines liés à l’emploi, acquis certaines compétences pertinentes…). Comme le veut le cliché, cela me prend 30 secondes pour faire mon choix, car 70 % de ma décision se basera sur l’entrevue », conclut Blaise Guillotte.

Édité le 9 février 2018

Sujets reliés