Investir

Nos décisions financières peuvent être influencées par plusieurs facteurs. Même avec une analyse rigoureuse et rationnelle, certains traits psychologiques auront forcément une influence sur nos choix d’investissement. Voici les principaux enseignements de la finance comportementale et quelques bons réflexes à développer.

Nous avons décrit dans un précédent article un processus complet de construction de portefeuille. Nous présentons maintenant plus de détails sur la sélection des actions au moyen de l’Analyse fondamentale (AF).

Il est fréquent de constater la présence d’un nombre élevé d’actions dans certains portefeuilles d’investisseurs autonomes. Il en résulte une concentration excessive en actions, et ce, dans seulement quelques secteurs. Or, ce type d’allocation est susceptible d’entraîner un niveau de risque beaucoup plus élevé pour un portefeuille soi-disant diversifié. Lorsque les marchés boursiers deviennent chaotiques, ces investisseurs seront possiblement les premiers à subir d’importantes pertes puisque les actions constituent la seule classe d’actif qu’ils détiennent.

Publicité

La situation technique d’un marché et d’un secteur doit être considérée avant une transaction. Michel Carignan, président et fondateur de Décision-Plus, nous partage son point de vue!

Benjamin Franklin déclara un jour que nulle certitude n’existe en ce bas monde, hormis la mort et les impôts. Nous laisserons la tâche aux généticiens de réfuter la première partie de cette affirmation et vous servirons ici uniquement des arguments qui démentent la seconde.

Richard Ho, Directeur principal - Produits dérivés sur actions à la Bourse de Montréal, nous éclaire sur la question que se posent de nombreux investisseurs autonomes : « Comment savoir quel prix d’exercice choisir? »

On dit qu’il n’est pas bon d’intégrer un modèle qui limite les pertes dans une stratégie de gestion active... Mais nous ne connaissons aucun trader professionnel à succès qui n’en utilise pas!

Publicité