Budget étudiant: guide de survie

Budget étudiant: guide de survie
Banque Nationale Particuliers, Planifier Particuliers, Planifier

La vie d’étudiant, ce n’est pas reposant. Et entre les cours, l’étude, le travail et la vie sociale, le budget prend souvent le bord. Ce qu’on oublie, c’est que bien gérer ses sous, ça simplifie beaucoup la vie. Voici comment obtenir un A+ dans ton budget étudiant.

On commence par quoi?

La clé de tout budget, c’est de ne pas sous-estimer ses dépenses. Fais la liste de toutes tes transactions courantes – tu as un faible pour les lattés troisième vague qui coûtent aussi chers qu’un lunch? Ce n’est pas le moment de mentir. Ensuite, estime les revenus que tu vas gagner. Plus ton budget se rapproche de la réalité, moins regarder le solde de ton compte risque de te donner des sueurs froides. Pour t’aider, utilise un outil d’analyse budgétaire personnelle. C’est un peu comme un valet-comptable-VIP qui fait tous les calculs plates pour toi.

Où c’est qu’on coupe?

Il y a deux types de dépenses. Les premières et les plus faciles à prévoir, ce sont les dépenses fixes : le loyer, l’Internet, les frais de scolarité, etc. Attention de ne pas oublier celles qui n’arrivent qu’une ou deux fois par année comme l’immatriculation et le permis de conduire.

Les deuxièmes, ce sont les dépenses variables. Elles sont plus le fun – bouffe! restaurants! sorties! vêtements! – et on peut les réduire rapidement quand les dépenses fixes occupent une part un peu trop grande du budget.

Si, après avoir diminué tes dépenses variables, tu n’arrives toujours pas à équilibrer ton budget, essaie de revoir tes dépenses fixes, en cherchant un forfait Internet plus avantageux ou un loyer moins cher, par exemple.

Voici des conseils pour couper dans le gras.

1. Organise ta bouffe

  • Avant d’aller à l’épicerie, planifie tes repas de la semaine et fais une liste des ingrédients pour tes recettes. Ça évitera que la moitié de ton frigo finisse à la poubelle.
  • Opte pour les marques maison. Elles coûtent en moyenne 10 % de moins que les grandes marques et on te met au défi de goûter la différence dans un test à l’aveugle.
  • Pratique la cuisine saisonnière. Non seulement c’est ce que les chefs font, mais en plus ça revient pas mal moins cher. Pas obligé de manger des courges musquées tout le mois de novembre, par contre les fraises hors de prix en janvier, c’est non.
  • Achète en vrac et limite-toi aux quantités dont tu as besoin. En plus, ça fait cute dans des pots Mason.
  • Évite les mets préparés, qui sont nettement plus chers. En plus, TOUT ce que tu cuisines sera assurément meilleur que de la bouffe congelée, même ton macaroni à la sauce soya, hérité de tes cours d’économie familiale.
  • Amène ton lunch. Si l’idée de manger des sandwichs mous comme au secondaire te déprime, mise sur tes restes de souper. Mine de rien, trois repas d’environ 15 $ au resto chaque semaine, c’est 2 250 $ par année. À ce prix-là, tu peux aller en Europe!

2. Cellulaire, Internet, alouette

  • Choisis TOUJOURS le wifi au lieu de ton réseau cellulaire, même si ça force tes amis à chercher leur mautadine de mot de passe qu’ils sont incapables de mémoriser.
  • Évalue tes forfaits : est-ce qu’ils correspondent vraiment à tes besoins? Payer pour des données inutilisées, c’est pas mal la définition de jeter de l’argent par les fenêtres.
  • Regroupe tes services de cellulaire, de télévision et d’accès à Internet pour négocier un meilleur prix auprès d’un seul fournisseur.
  • Ton forfait est offert ailleurs à meilleur prix? Utilise ces informations pour négocier. Ton fournisseur ne veut rien savoir? Change de fournisseur!
  • Utilise tes parents (ils sont là pour ça, non?) : certains fournisseurs offrent un rabais lorsque plusieurs personnes figurent sur la même facture.

3. Sois sur ton 36 sans mettre ton compte à zéro

  • Profite des soldes! Bon, on sait que ce conseil-là, tu ne nous as pas attendu pour l’appliquer, mais un chandail en cachemire, c’est encore plus doux quand c’est à moitié prix.
  • Évite les vêtements qui exigent un nettoyage à sec. À 10 $ par nettoyage, un morceau à 60 $ sera payé deux fois après seulement 6 nettoyages. Ça fait cher la robe de soie, disons.
  • Pense « coût par utilisation » : n’aie pas peur de payer plus pour des jeans ou un manteau dans lequel tu vas vivre tout l’hiver. Et pas besoin d’investir trop dans les accessoires qui seront déjà démodés le temps de dire millennial pink.
  • Organise des soirées d’échange de vêtements avec tes ami(e)s et rafraîchis ta garde-robe gratuitement! Il existe des groupes Facebook d’échanges et de vente de vêtements. On y fait des trouvailles géniales à petits prix.
  • Fais du cordonnier ton meilleur ami : avec un nouveau talon, tes chaussures sont bonnes pour une autre saison. Même chose pour tes sacs à main et tes sacs à dos. Un ami miraculeux comme ça, tu vas vouloir l’inviter à tous tes partys.

4. Vieilles couvertures, même contenu

  • Achète des livres scolaires usagés. Tu peux les trouver dans les librairies de livres d’occasion, mais aussi en ligne : grands sites de vente de livres, page Facebook de ton association étudiante ou forums de discussion de ton établissement. Un statut désespéré sur Facebook fonctionne aussi.
  • Choisis la version numérique lorsqu’elle est offerte. Non seulement c’est moins cher, mais tu vas sauver des arbres et Richard Desjardins t’en sera (probablement) reconnaissant.
  • Fréquente la bibliothèque. Les professeurs mettent souvent en réserve quelques exemplaires des livres au programme de leur cours; tu peux les emprunter pour quelques heures à la fois. En plus, tu pourras étudier sur place sans être dérangé par ton coloc flûtiste amateur ou ta voisine et son chien chigneur.

Trop de dépenses… ou pas assez de revenus?

Tu as appliqué tous nos conseils à la lettre et tu réalises que tes dépenses dépassent tes revenus alors que tu ne fais pas d’excès? C’est peut-être que tes revenus ne sont pas assez élevés… Alors, quoi faire?

Plusieurs possibilités s’offrent à toi. Tu pourrais envisager de travailler à temps partiel. À 15 heures de travail par semaine, tu peux arriver à couvrir certains frais fixes sans nuire à tes études.

Considère également les programmes gouvernementaux d’aide financière aux études , une marge de crédit étudiante ou une carte de crédit; des outils qui te donnent accès à un financement à court ou moyen terme.

Attention toutefois de ne pas tomber dans le piège de l’endettement. Privilégie les prêts qui t’offrent une plus grande flexibilité de remboursement et des taux d’intérêt plus bas. Les intérêts des prêts et bourses des programmes gouvernementaux sont souvent moins élevés, et le capital et les intérêts n’auront à être remboursés qu’une fois tes études complétées.

Rappelle-toi aussi que les taux d’intérêt des cartes de crédit sont habituellement plus élevés que ceux des marges, alors il vaut mieux les utiliser judicieusement pour des achats qu’on peut rembourser facilement.

L’éternel recommencement

On a réduit tes heures au travail? Tu as de nouveaux projets? Tous ces changements ont une incidence sur ton budget, et c’est pourquoi tu devrais le revoir une fois ou deux par année. Et si tu sens que ta situation financière t’angoisse trop, consulte un expert qui t’aidera à trouver des solutions adaptées à ta situation.

Au final, un bon budget demande un minimum de rigueur et d’organisation, mais en échange de tes efforts, tu gagnes un peu de paix d’esprit et le montant précis que tu peux flauber avec tes amis le samedi!

Édité le 8 novembre 2017

Sujets reliés