Quand bébé sera grand

Quand bébé sera grand
Urbania Particuliers, Planifier Particuliers, Planifier

Un jour, bébé sera grand. Ce qu’il fera, ce qu’il aimera et où il vivra, on ne le sait pas. Mais dans tous les cas, avoir un peu d’argent de côté sera utile pour lui… et pour toi.

Tu trouves ça cher, les paquets de couches à 30 piasses? Le lait en poudre à 20 $? On ne veut pas te faire peur, mais c’est rien comparé à la suite. Tu auras bientôt l’impression que les factures suivent la courbe de croissance de bébé — et ça pousse vite ces petites bêtes-là.

Voici quelques exemples pour alimenter ta réflexion.

Une année de garderie subventionnée au tarif de base, c’est 2 000 $. Cinq saisons de hockey et deux équipements de gardien de but : 3 000 $. Des broches : 7 000 $. Un bac et une maîtrise en science politique, suivis d’une technique en inhalothérapie : 15 000 $ (sans les livres, bien sûr).

Et là, on ne parle pas des vêtements, des camps de jour, de ses sept bicyclettes et de la fois où il va scrapper ta voiture. Bref, commence à compter tes cennes tout de suite : tu en auras besoin.

Mais ce qui est bien avec les bébés, c’est que tu peux souvent compter sur les cennes des autres. Par exemple, au lieu de laisser les grands-parents inonder la maison de jouets que tu casses en marchant dessus la nuit, tu peux leur suggérer de mettre de l’argent dans le REEE de ton enfant.

Es-tu stressé parce que tu viens de lire le mot « REEE » sans savoir ce que c’est, sauf que ça ressemble à REER et que les REER, ça te stresse? Oublie les REER. En gros, le REEE, c’est un compte pour les études de ton enfant, et l’argent que tu y places est bonifié de 30 % (jusqu’à une certaine limite) par le gouvernement.

D’habitude, quand quelqu’un te promet un rendement assuré de 30 %, faut que tu te sauves en courant parce que c’est un fraudeur. Là, c’est le gouvernement qui le promet. Un placement garanti qui rapporte autant, tu ne trouveras jamais ça ailleurs.

Et si tu te dis que ce serait bénéfique pour ton enfant de vivre l’expérience étudiante à la dure, avec une job à temps partiel, inquiète-toi pas. Même avec un REEE, il risque de finir l’école endetté; les ramens, c’est un passage obligé.

L’autre chose à laquelle tu devrais penser, c’est de prendre une assurance vie. Tu sais, ce beau gros chèque qui sera encaissé par quelqu’un d’autre quand tu vas mourir?

Oui, l’assurance vie est souvent le principal motif pour commettre un crime dans les films. Mais dans la vraie vie, si jamais il t’arrive quelque chose, c’est une assurance qui permet à ta famille de ne pas avoir à vendre la maison ou à faire des heures supplémentaires en pleine période de deuil.

Au final, économiser, c’est un peu comme étudier : c’est vraiment facile de procrastiner, mais après tu t’en veux de ne pas en avoir fait assez. Alors prends donc quelques minutes aujourd’hui pour réfléchir à ça et téléphone à ton conseiller financier.

Ton « toi » du futur, qui vient de recevoir une facture de 1 700 $ pour la classe de maître de ping-pong de ta cadette, te remercie.

Édité le 15 août 2017

Sujets reliés