8 bonnes raisons d’utiliser son REER pour un retour aux études

8 bonnes raisons d’utiliser son REER pour un retour aux études
Banque Nationale Particuliers, Planifier Particuliers, Planifier

On connaît bien le RAP, qui permet de retirer de l’argent d’un REER pour financer en partie l’achat ou la construction d’une première propriété. Mais saviez-vous que vous pouvez aussi utiliser votre REER pour financer un retour aux études?

Voici 8 bonnes raisons de profiter du régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP).

  1. Retirer de l’argent du REER dans le cadre du REEP peut rendre plus riche à long terme

Bien sûr, retirer de l’argent de votre REER réduit la croissance future de vos placements. Mais si votre nouveau diplôme vous permet de décrocher un emploi mieux rémunéré, l’investissement pourrait en valoir le coup. En effet, si vos revenus augmentent en raison du nouvel emploi, vos droits de cotisation annuels augmenteront eux aussi proportionnellement. Avec la discipline d’épargne nécessaire pour profiter de ces droits accrus (ou pour réaliser d’autres formes de placements), vous pourrez mettre de côté une somme plus importante pour vos vieux jours!

  1. Le REEP vous donne l’occasion de vous réaliser

Comme vos parents, vous avez étudié en administration, alors que secrètement vous avez toujours voulu être photographe? Retourner aux études vous le permettrait. Réaliser un tel projet de vie ne vous mènera peut-être pas à occuper un emploi mieux rémunéré, mais vivre de votre passion vous apportera un précieux sentiment d’accomplissement.

  1. Avec un REEP, il n’y a pas d’intérêts à payer sur les sommes retirées

Pour financer un retour aux études, vous pourriez aussi obtenir un prêt personnel ou utiliser votre marge de crédit. Par contre, il faudrait ensuite rembourser ces montants (plus les intérêts). Ce n’est pas le cas pour les fonds retirés d’un REER dans le cadre du REEP, puisque ce régime revient à vous prêter de l’argent à vous-même, pratique.

Mais attention: vous devez rembourser ces sommes à votre REER au plus tard 10 ans après le retrait. Vous pouvez attendre le 60e jour de la cinquième année suivant l’année du premier retrait avant de faire le premier versement.

À défaut de quoi, les montants non remboursés seront considérés comme des revenus imposables.

  1. Il est possible d’utiliser le REEP sans REER

Vous n’avez pas encore de REER ou il n’est pas bien garni? Comme dans le cas du RAP, il existe tout de même un moyen de profiter des avantages du REEP. La manœuvre consiste d’abord à emprunter un montant à sa banque, que l’on verse dans un REER. Le montant emprunté doit alors demeurer dans le compte pendant au moins 90 jours afin de donner droit à un remboursement d’impôt (après quoi le montant emprunté est retiré comme un REEP, et servira à rembourser le prêt REER). La somme obtenue en retour d’impôt pourra être utilisée pour financer vos études. Vous aurez ensuite 10 ans pour rembourser la somme retirée en vertu du REEP.

  1. On peut profiter du REEP grâce au REER de son conjoint

Le REEP permet de financer son propre retour aux études, mais aussi celui de son conjoint. Ceci revient à doubler le montant maximum qu’il est possible de retirer des REER d’un couple pour profiter du REEP.

Ce régime ne peut cependant pas servir aux études des enfants.

  1. Les sommes pouvant être empruntées sont considérables

Le REEP autorise les contribuables à retirer jusqu’à 10 000 $ par année civile, jusqu’à un maximum de 20 000 $ au total. Un couple peut donc retirer jusqu’à 40 000 $ au total pour financer un retour aux études.

D’ailleurs, les montants retirés ne sont pas réservés aux dépenses directement liées aux études. Un couple avec enfants qui n’a pas utilisé l’ensemble de ses droits de cotisation au régime enregistré d’épargne-études (REEE) pourrait, par exemple, verser une partie des retraits effectués dans le cadre du REEP pour cotiser au REEE et ainsi bénéficier de la Subvention canadienne pour l’épargne-études et de l’Incitatif québécois à l’épargne-études.

  1. Le REEP peut vous aider à réorienter votre carrière

Le REEP est un bon moyen de mettre à jour ou de développer des compétences qui vous ouvriront de nouvelles portes.

Toutefois, si vous êtes sans emploi et souhaitez avoir droit à des prestations d’assurance-emploi, vous devez être disponible pendant les heures normales de travail. Mais pour avoir accès au REEP, il faut étudier à temps complet.

Heureusement, il existe un moyen de concilier les deux. Certaines formations favorisant l’intégration au marché du travail ou le maintien en emploi sont autorisées par Emploi-Québec. En suivant l’une de ces formations à temps plein, vous pourriez toucher des prestations d’assurance-emploi… tout en profitant du REEP!

Contactez votre centre local d’emploi pour connaître les formations .

  1. On peut utiliser un REEP pour une formation courte

Pas besoin de se lancer dans un programme d’études de trois ans pour avoir droit au REEP! Certains programmes ne durent qu’une session; c’est le cas de certains microprogrammes universitaires et attestations d’études collégiales.

Pour donner accès au REEP, un programme de formation doit durer au moins trois mois, à raison d’au moins 10 heures de cours par semaine. La formation doit être dispensée par un établissement d’enseignement reconnu par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.

Les personnes qui vivent avec un handicap physique ou mental les empêchant d’étudier à temps plein peuvent néanmoins bénéficier du REEP.

Pour obtenir plus de détails au sujet du REEP, consultez cette page de l’Agence du revenu du Canada.

Pour d’autres astuces et conseils pour mieux gérer vos finances personnelles, inscrivez-vous à l’infolettre Banque Nationale.

Édité le 15 août 2017

Sujets reliés