10 erreurs à éviter en bourse

10 erreurs à éviter en bourse
Michel Carignan Investir, Particuliers Investir, Particuliers

Ne pas avoir les connaissances suffisantes et les bons outils

Pour s’occuper de vos investissements, la loi oblige les professionnels à posséder les connaissances et les permis nécessaires. Légalement, n’importe quel individu peut décider de transiger des valeurs en bourse pour son propre compte. Souvent, les gens font leurs premiers pas en bourse incités par un ami ou un collègue et se mettent à acheter des valeurs auxquels ils croient ou simplement parce qu’ils en ont entendu parler. Malheureusement, la majorité du temps, les résultats ne comblent pas les attentes. L’analyse technique peut grandement venir en aide aux petits investisseurs en leur permettant de choisir les meilleures valeurs et les meilleurs moments pour acheter ou vendre.

Investir à court terme en ne tenant compte que des informations fondamentales

Bien sûr, les informations financières fondamentales ont une valeur importante, mais sans connaissance sur l’analyse technique, il n’est pas facile de s’y retrouver. Il n’y a pas que les informations sur les compagnies qui font bouger les titres. Certains facteurs peuvent influencer la majorité des titres d’un secteur. Par exemple, une forte fluctuation du prix du pétrole ou du dollar américain peuvent influencer la majorité des titres du secteur de l’énergie. Autre exemple : l’entente d’Amazon avec la compagnie Whole Food, qui a eu une incidence à la baisse sur les titres alimentaires canadiens et américains. L’utilisation de l’analyse technique avec un logiciel simple et efficace vous permet de suivre vos positions facilement, ainsi que les valeurs qui pourraient influencer vos placements.

Acheter des valeurs en tendance baissière

Le mot « tendance » est couramment utilisé, mais dans le domaine de l’investissement boursier, il possède une signification bien précise. Nous parlons de ligne de tendance. Tous les graphiques boursiers sont composés de cycles qui composent les tendances. Dans les faits, il s’agit de couloirs haussiers et de couloirs baissiers qui se forment lorsqu’on trace une ligne rejoignant les sommets de cycles et une autre rejoignant les creux de cycles. En principe il est toujours plus risqué d’acheter une valeur qui se situe sous la ligne de tendance baissière, même quand la valeur monte.

Transiger des valeurs trop peu liquides

La liquidité est composée par la quantité de transactions exécutées et le nombre d’actions échangées. Une valeur qui se transige peu présentera un graphique boursier erratique avec des écarts fréquents entre le prix des acheteurs et des vendeurs. Ces valeurs sont plus susceptibles d’être manipulées. Vous obtiendrez probablement des actions à plusieurs prix différents par manque de vendeurs à votre prix. Il n’est pas recommandé techniquement de transiger des valeurs qui affichent des volumes quotidiens inférieurs à plusieurs centaines de milliers d’actions échangées.

Ne pas tenir comptes des volumes de transaction

L’augmentation et la diminution du volume de transactions est d’une grande importance. Ces phénomènes sont pourtant souvent dénigrés par manque de connaissance ou d’outils capables de les analyser. Il faut comprendre qu’il y a plusieurs types de transactions et qu’elles sont toutes mélangées à l’intérieure du volume publié par les bourses. Il y a des émissions d’actions, des transferts d’une société à une autre (mouvements d’inventaires), des transactions planifiées et à prix fixe ainsi que toutes les transactions provenant des acheteurs et des vendeurs lors d’une séance boursière normale. Les énormes volumes provoqués par des mouvements d’inventaires, des émissions d’actions et de bons de souscription mélangent les cartes. Il est important d’utiliser un logiciel vous permettant de voir seulement ce que nous appelons les « vrais volumes », c’est-à-dire les transactions qui témoignent de tendances.

Ne pas profiter des nouveaux secteurs à fort potentiel

De temps à autres, de nouveaux secteurs à fort potentiel font leur apparition ou prennent de l’importance, portés par des changements importants dans la société ou dans les nouvelles technologies. Souvent au tout début, le potentiel de ces secteurs peut paraître  faible, mais quelques fois ils prennent beaucoup d’ampleur. La mode des nanotechnologies n’a pas connu de grands succès à cause de son stade trop expérimental. La mode des diamants n’a fait le succès que de peu de compagnies car trop rares, trop difficiles d’extraction et trop coûteux. Mais le secteur des producteurs de graphite et de lithium, poussé par la course à la voiture électrique, a été et est toujours considéré comme ayant beaucoup de potentiel.  Le secteur du cannabis a rapidement pris beaucoup d’ampleur, à cause du mouvement de légalisation de la substance et pourrait bien demeurer intéressant quelques temps encore.

Trop attendre avant d’acheter

Acheter ce n’est pas compliqué. Le premier jour d’un nouveau cycle haussier qui montre le début d’une nouvelle tendance haussière est sans contredit le meilleur point d’achat. Il faut apprendre à agir au début. Il faut agir lorsque les premiers titres du secteur donnent un signal d’achat. La plupart du temps, les gens qui attendent trop avant d’acheter font l’erreur de se laisser guider par leurs émotions. Ils voient plusieurs titres monter pendant plusieurs jours et ont peur de manquer le bateau au lieu d’attendre et d’agir au début du prochain mouvement.

Ne pas sécuriser les positions qui fonctionnent

Sécuriser une position signifie de vendre une partie des actions pour faire descendre le prix de revient et augmenter la marge de manœuvre pour minimiser les risques de pertes et maximiser les profits. La majorité des gens ne vendent que rarement et lorsqu’ils le font c’est souvent trop tard ou par dépit. Anciennement, la sécurisation des profits ne s’appliquait pas à court terme car l’exécution des transactions pouvait coûter des centaines de dollars. Aujourd’hui, il en coûte très peu pour transiger. Certaines transactions sont mêmes gratuites comme tous les fonds négociés en bourse canadiens et américains chez Banque Nationale Courtage Direct.

Tomber en amour avec une compagnie et ne jamais vendre

Quand les gens font leur entrée en bourse, ils ont tendance à opter pour les compagnies les plus connues et les plus populaires plutôt que de choisir des compagnies ou des secteurs en pleine progression. Il fût un temps, acheter des actions de Bombardier était un des meilleurs achats qu’on pouvait effectuer. Certains ont accumulé de petites fortunes, mais malheureusement la situation a bien changé. Certaines personnes ont acheté et possèdent toujours des actions qu’ils ont payées entre 20$ et 25$. Le titre est allé sous le 1$ à quelques reprises et se situe aujourd’hui près de 2$. Les investisseurs ont tout perdu au moins une fois dans Air Canada lorsque la compagnie a connu des difficultés. Mais le titre connait une de ses meilleures performances à vie en 2017. Rappelez-vous de Steinberg, Nortel, Bre-X, Canada Lithium et Orbit. En bourse, il faut garder la tête froide.

Ne pas avoir de stratégie de sortie pour éviter les pertes et maximiser les profits

Lorsqu’on décide d’acheter une valeur mobilière, il faut avoir un plan. L’achat doit être effectué à un moment propice avec un objectif à la hausse dans le but de prendre un profit pour sécuriser la position et une stratégie de sortie à la baisse pour limiter les pertes. Il est bien sûr important d’acquérir des connaissances et de posséder des bons outils de recherche et d’analyse. Mais il est encore plus important d’avoir un plan de match et de s’y tenir rigoureusement.

NB : Ne manquez pas la diffusion interactive en direct présenté gratuitement le 7 novembre 2017 par Banque Nationale Courtage Direct et Décision-Plus.com. La compagnie présentera ses produits de recherche, d’analyse et de conseil. Profitez de cet événement pour rehausser vos connaissances et profiter d’une offre d’introduction très avantageuse pour les clients de Banque Nationale Courtage Direct.

 

Édité le 16 novembre 2017

Sujets reliés